Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 22:28

Je suis à une période où je sais pas bien comment je serais logée dans les mois suivants (à propos, je lancerai sans doute une annonce détaillée, mais c'est à Paris, que je cherche,évidemment, donc si vous avez des tuyaux, je vous écoute). J'ai la chance de ne pas être à la rue en attendant, mais bon. Ce sera une solution pour juste un ou deux mois.
Ces périodes de changement de logement sont toujours un peu étranges. Par exemple, on sait qu'on va finir dans une pièce minuscule sous les toits, et pourtant, on ne peut s'empêcher de rêver et de bâtir de vrais chateaux.

En même temps, pour le moment, je ne rêve pas vraiment de chateaux. Je veux dire, si, comme tout le monde, mais euh, disons pas dans l'immédiat. Alors que dans l'immédiat quand même, je ne peux m'empêcher de rêver à ce genre de choses :

P1000485-c.JPGEnfin, je veux dire. La maison, bien sûr, le balcon (et le quartier -la photo a été prise le 13 mars, sur le Gianicolo, tout près de la Villa Sciara), pourquoi pas...Mais je pense surtout à la bibliothèque, évidemment.
Pas à celle-ci en particulier, même si elle m'a tout de suite tapé dans l'oeil (en même temps, on la voit de la rue, et je passe tous les jours devant. D'ailleurs, j'ai vu un jour qu'elle avait été vidée, j'ai eu peur, mais en fait non, ils ont refait les peintures et là, ils sont entrain de reposer les étagères. Non, je suis pas voyeuse du tout. )
Non, décidemment pas cette bibliothèque en particulier, à cause de la lumière sur les livres qui me rendrait folle. Mes pauvres petits livres, j'aurai mal physiquement que de les sentir jaunir prématuremment.

Mais une pièce pour la bibliothèque, oui, j'aimerai bien.
Enfin, en ce qui me concerne juste moi, cela m'est égal d'avoir une pièce spéciale. Déjà, pour moi, le rêve, ce serait de pouvoir transporter mes bouquins qui s'accumulent dans la maison de mes parents et de les transbahuter avec moi. D'avoir juste une bibliothèque-meuble, donc, déjà, ce serait énorme à l'heure actuelle.

Mais ce serait pour des enfants. Pas forcemment les miens (enfin, je veux dire, la question des enfants à moi pour le moment se pose vraiment pas et donc, je sais pas si j'en aurais un jour ou non). Et pas forcemment dans la "vraie maison" d'ailleurs.
Mais juste un endroit quelque part, une pièce fermée avec des livres. Où des enfants pourraient passer du temps (mais pas TOUT leur temps, parce que justement...bref, lisez la suite)
Bon, évidemment, là, en vous disant cela, c'est un peu ma propre enfance que je raconte. Logique. En disant que j'en rêve pour les éventuels enfants de mon entourage, c'est bien parce que moi je l'ai vécu (alors que je sais bien qu'il faut pas plaquer ses désirs blabla. De toute façon, je vous raconte une idée, hein, pas une réalité. bref)
Oui, je disais, je raconte un peu mon enfance. parce que dans un des lieux où nous allions régulièrement en vacances, il y en avait une, de bibliothèque. On lui donnait ce nom ("bibliothèque") et rien que cela, forcemment, c'était attirant. D'autant qu'elle avait un aspect mystérieuse pour la gamine que j'étais, parce que pour y aller, il fallait sortir de l'apartement, descendre au sous-sol, prendre la clé, une grosse clé en fer, genre dans les romans, y'en a des pareilles.
Et il y avait l'odeur, bien entendu. Imaginez une pièce au sous-sol pleine de livres et ouverte à peu-près quatre fois par ans. Il y avait forcemment une odeur. Selon ma mère, cela ne sentait pas bon (ça sentait le moisi, disons le clairement). Pour moi, c'était une odeur merveilleuse. J'y restais des heures, je crois.
Dans cette pièce, il y avait à portée de notre main les livres d'enfance de ma mère et de ses frères et soeurs, et plus haut, ceux de mes grands-parents (rien de bien méchant, hein, juste ds livres moins attirants et plus gros, que j'ai lu par la suite). J'ai donc lu ici des livres "rouge et or", avec des dessins tout mignons, j'ai lui évidemment des collections verte et rose (il y en avait aussi chez moi, mais des versions plus récentes, là, c'était les vieilles couvertures et la pousière, ça m'attirait autant que le livre lui-même, je crois).   Il y avait dans le lot les quatre filles du Dr March et autres "petite princesse" (princesse Sarah). Et d'autres bien moins connus, mais qui m'avaient beaucoup marquée aussi. Les Signes de Piste, par exemple. Cette bibliothèque m'aura longtemps "nourrie", puisque, comme je vous l'ai dit, les livres qui s'y trouvaient étaient pour tous les âges : en grandissant, je prenais toujours ceux qui étaient à portée de main, quoi.

Après coup, je reconstruit un peu la fillette que j'étais. Une fillette complètement inadaptée à la vie en société, devenue ado inadaptée etc. Et aujourd'hui, si je ne me souviens que très peu de mon enfance, c'est peut-être aussi pour cela : je l'ai passée à lire. (nous allions à la bibliothèque municipale au moins une fois tous els quinze jours, et j'en rapportais toujours un bon lot que je lisais tous) (mais c'était un plaisir immense pour moi, hein !)(de même, je me souviens avoir été très marquée par quelqu'un qui n'aimait pas lire et qui disait se sentir opressé en bibliothèque. Alors que moi, je m'y sentais limite comme chez moi)

J'arrête, c'est déjà bien trop long. Mais je suppose que ce que je raconte là rappelle des souvenirs à plusieurs d'entre vous...

bande-son : Heureux qui comme Ulysse (evidemment)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 08/06/2007 20:55

Plume : ah oui, transporter mes livres de ma chambre "chez mes parents" à ce qui sera à ce moment là "chez moi" : mon rêve...(le rayon histoire en crue ? ça alors, voilà qui est étonnant, j'aurais jamais pensé une chose pareille:p)GrosLap' : merci de ton passage:) Alors tu sais quoi : j'ai d'excellentes nouvelles, même. Même que je ne cherche plus d'appart, en fait. La vie est belle, je crois. Et j'ai une chance absolument insolente.Ariane : j'ai hâte de lire ton article:)Civetta : oui, il s'agit avant tout de cette version, que j'ai écouté en boucle le jour où j'ai écris la note:) Il y a aussi celle de Brassens, que j'aime bien.Comme ton frère, Sophie, peu à peu, j'ai beaucoup moins lu. Mais je ne le regrette pas, au contraire, c'est une évolution qui dans mon cas, me semble positive. (sauf quand je passe l'ancien temps de lecture  à glander sur internet. D'accord)

Sophie 08/06/2007 19:13

Mon frère a lu pendant toute son enfance et son adolescence... Il se sentait lui aussi inadapté à la société... Et puis il est parti de la maison pour étudier, à fait la fête, à travailler aussi... Et il n'a passé de moins en moins de temps à lire... Pour ma part, j'ai commencé à lire pour faire comme mon frère et j'y ai pris goût... Je n'ai pas lu autant que lui... Mais aujourd'hui lire est toujours un plaisir... D'ailleurs un de nos premiers meubles en commun avec titou, c'est une bibliothèque pour notre salon :)

civetta 08/06/2007 16:40

Trop bien, heureux qui comme Ulysse (de Ridan, that's it?)

civetta 08/06/2007 16:38

Trop bien, heureux qui comme Ulysse (de Ridan, that's it?)

Ariane 07/06/2007 12:42

Des souvenirs... oui !Sel, ta petite fille me rappelle bien celle que j'étais. Une bibliothèque aussi m'a marqué, elle était bourré de livres de contes chinois, africains, etc. Ton enfance inadaptée me rappelle un peu la mienne. Je ne lisais pas, je dévorais... J'ai commencé à écrire là dessus et quand j'aurais le temps j'essayerai de le mettre en ligne.