Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

26 juillet 2006 3 26 /07 /juillet /2006 09:13

ça comence bien, je ne trouve pas de citations pour illustrer ce que je voulais dire (d'accord, je n'ai pas beaucoup cherché non plus). pourtant, c'est bien, e commencer par une citation. Tant pis bref.
On va mettre un truc moins directement lié, du genre "vivez si vous m'en croyez, n'attendez pas demain, cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie" (avec les épines qui vont avec, sinon, c'est pas drôle)

Donc, le lieu commun du jour, ça va être sur le côté éphémère des plaisirs (plus que des douleurs, ce qui est proprement injuste), et sur ce que ça implque (ou non).
Non, c'est vrai, quoi, vous êtes tous au courant : on mange une tarte au chocolat. c'est très bon. On sait pertinement ce qu'on risque (poids, crise de foie), mais on la mange quand même. et puis on la finit, on n'a plus le plaisir de la tarte et on a effectivement la crise de foie. Fin de l'anecdote de comparaison.
Et même en dehors de la crise de foie : cette tarte au chocolat, c'est une sorte d'instant de grâce au milieu de la bouillie ordinaire : en la mangeant, on le sait : ce n'est pas avant longtemps, très longtemps, qu'on n'en mangera pas une pareille (tenez, ça me fait penser à un passage d'Asimov : à un moment, les personnages goûtent une sorte de gourmandise, on va dire : des sphères au goût magnifique, chaque fois différent, et qu'on ne peut reproduire d'une fois sur l'autre. c'est super, mais hyper frustrant : quand on en goûte une encore meilleure que les autres, on sait qu'on ne la retrouvera jamais. ça dure quelques secondes, et puis...). Et après, forcément, c'est un peu dur d'y revenir, à la bouillie, puisqu'on sait que la tarte existe, qu'elle est meilleure, mais plus pour toi.

Voilà, plaisirs ponctuels donc, la plupart du temps, qui entraînent des douleurs type (par exemple, quand on parle de miam) crise de foie, frustration, autres.

Là, comme d'hab', j'ai pas l'air fin : je ne sais plus où je voulais en venir.
le côté éphémère de la plupart des plaisirs est ce qui a servi d'argumentation aux jansénistes (ça, c'est pour faire bien, mais bien sûr, y'a pas qu'eux) les plus austères. a l'inverse, le même argument a servi aux fameux carpe diemiste.
Et là, vous me voyez peut-être déjà) venir avec mes gros sabots : eh oui, sens de la vie, tout ça. ouais ouais, je sais, désolée. Je crois que je ne m'en débarasserais pas aussi facilement que cela, de tout cela.
Sens à la vie, donc. Et notre couple plaisir/douleurs (celles qui en découlent, pour ce qui nous concerne là)
Si j'ai bien compris, l'idée qui court actuellement est plutot de dire que la vie (et les vies individuelles en particulier) n'ont pas de "sens", pas de raison, qu'elles sont là, tant mieux, et que si ce n'était pas le cas, tant pis. faisons donc notre possible pour que la notre dans un premier temps, celle des autres ensuite, soit le moins désagréable possible.
Cela pousse donc plutot, effectivement, à rechercher dans la mesure du possible les plaisirs, en faisant gaffe quand même à la crise de foie. Vivre comme si on allait mourir demain... mais dans l'idéal, pas complètement quand même (puisqu'on essaie quand même un minimum de réfléchir aux conséquences de nos actes).

Si seulement il y avait une direction à suivre, dans tout cela, ce serait plus simple. encore que, parce qu'on trouverait le moyen de râler parce qu'on arrive pas à y aller, dans le sens qu'il faudrait.
Bref.
tout ça pour dire quoi, en résumé, à part ce qu'on sait tous?
Finalement, s'il y a une conclusion, ce serait qu'il faut savoir garder mesure en toute chose, mais pas trop quand même parce qu'il faut toujours un grain de folie? (j'ai failli mettre "un peu de sel", mais...) Mais comment déterminer le pas trop quand même? A la mesure de la souffrance possiblement engendrée? Pour ma part, je le sais de plus en plus, quand une possible tarte au chocolat se présente, je me refuse de penser à la crise de foie, et encore moins au fait que ce sera dur de revenir à la salade quotidienne...Mais je pleurniche quand même quand la crise ou la salade revient.
En fait, voilà, tout ça pour ça. une vulgaire pleurnicherie.
Alors, on est censés faire quoi? (de toute façon, je pourrais finir chacune de mes notes comme cela)
(oui, je sais, on n'est censés rien du tout, à part se démerder tout seul pour faire, ou non, quelque chose, ou non, de sa vie.)

bande-son: une chanson bizarre à propos de cellulite
 humeur : j'ai enfin dormi, cette nuit. Comme ça, au lieu de dormir au boulot, je peux écrire une note:p (mais si mais si, il m'arrive de bosser, quand même...de temps en temps...) (nan, sans rire, vious allez pas me croire, mais ça fait du bien, de dormir, des fois. si si)
exclamation du moment : ben mince, ils mettent quoi, dans les bonbons qui fondent pas dans la main? nan, parce qu'effectivement, par cette chaleur, ils ne fondent pas! Pour une fois, ce n'est aps de la publicité mensongère.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 27/07/2006 19:06

Patriarch : pas obscur, mais pas gai quand même...Mais bon, c'est ça, la vie:)Scrontch : je ne sais plus l'auteur  de la chanson en question, mais non, il ne me semble pas que ce soit celle-là. Et aujourd'hui, j'ai bossé, si si;) (bon, contrainte et forcée par une coupure d'électricité, mais même:p)Tarmine : je fais pareil, je garde toujours le meilleur pour la fin...je trouve décevant de finir sur ce que j'aime moins. Et j'y suis retournée, au boulot. plus que demain avant le svacances!Charlotte : bon retour:) Ben je pars moi-même demain, mais après..ben toi aussi, tu sais où me trouver, et ce sera avec plaisir, la séance papotage!

charlotte 27/07/2006 11:05

ayé suis revenue :o(
tu sais où me trouver pour un petit papotage quand t'auras 5 min
 
Bise

tarmine 27/07/2006 08:39

quand j'étais petite, je mangeais d'abord les  bonbons les moins bons pour avoir toujours les meilleurs pour la fin, jusqu'au jour ou je me suis fait piqué la fin de mon paquet
depuis, je commence par les meilleurs, et ils me restent toujours les meilleurs du reste ;)
bon, on rigole plus, faut aller au boulot!
 

Scrontch 26/07/2006 14:29

Raalala....prendre le plaisir sans la crise de foie...moi aussi je fais pareil, je ne veux pas la voir...et la claque est toujours plus forte tant le plaisir était bien...Amusant de voir aussi que l'âge avançant, j'apprends à être moins raisonnable, à ne pas pense à la crise de foie, sinon, à la fin, on ne mange plus de tarte au chocolat....Ta bande son, ça ne serait pas Elisa Tovati qui dit "Je compense donc je suis"...Je vois qu'on bosse tous avec violence au boulot....

patriarch 26/07/2006 11:45

A la fin, c'est là que l'on fait le bilan. Un peu avant même,quand "la plantation "a été faite et qu'il reste un peu de temps, pour en jouir ou se maudire,selon les récoltes que l'on a eu et celles qui s'en viennent !
C'est peut-être un peu obscure ?