Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 21:19

C'est marrant, les souvenirs...Ils vont, ils viennent...je crois que mon cerveau est configuré pour garder avant tout les bons souvenirs. Et je suis loin de m'en plaindre, croyez moi.

Et donc, ce soir, je vous emmène (si si, donc. C'est une conséquence). Bon, je n'ai pas de vespa comme Nanni (Moretti (Caro Diaro, tout ça...)), mais finalement, à pied, ce n'est pas plus mal, non? ça fait faire du sport...surtout quand il est virtuel.(à propos, savez-vous ce que veux dire "vespa", en italien?)

Pardon? Ah, je ne vous ai pas dit où? Mais à Rome, voyons, Roma, la Città Eterna, la ville où Ils Sont Fous (Ces Romains). La Rome de mes souvenirs, qui s'entremêlent et se choquent.

une promenade tout en mots, parce que des images autres que dans ma tête, j'en ai très peu. mais ce n'est pas plus mal, cela laissera place à votre imagination..ou à vos propres souvenirs, si vous avez déjà silloné le coin.

Je propose de partir de la Villa Borghese. la Villa Borghese, c'est un peu là qu'a commencé Rome 1 (ah oui, note : on appellera respectivement Rome 1 et Rome 2 mes deux voyages à Rome, le premier ayant eu lieu il y a trois ans et duré neuf mois, et le deuxième s'étant déroulé de novembre à juin dernier). Bref, à l'époque, j'habitais tout près, c'était donc assez logiquement ma première étape de découverte de la Ville. Et puis, à la Villa Borghese, on y fait de jolies rencontres...Enfin bref, passons.
On va se perdre un peu au milieu des allées, des arbres et des touristes (ce parc (tiens, ai-je dis que c'était un parc? (ça commence...))) (cette villa est la plus centrale, et la plus touristique de Rome), pour se trouver face à un petit bijou (l'expression est peut-être galvaudée, ce n'est pas grave, elle est juste quand même), une petite maison blanche, devenue Galleria Borghese. il s'agit donc d'un musée, qui conserve entre autres quelques Caravages, mais surtout, les plus belles (selon moi) statues du Bernini (un exemple).

Enfin bon. Ce qui est bien, avec le temps virtuel, c'est qu'il est extensible. je vous propose donc de vous asseoir un instant à l'ombre. à côté de nous, un petit dragon. Il est joli, non? Après un brin de causette, une gorgée d'eau, repartons.

On va passer par le Pincio, tiens. Une très belle vue sur Rome. pour la descente (oui oui, quand on parle des collines de Rome, c'est pas de la blague, hein...), je propose de passer par la piazza del popolo. Une petite pensée pour Fellini et la dolce vita, pour les marathoniens, puisque je me souviens avoir été bloquée par le marathon en passant ici, une fois, pour les foules, pour le Caravage encore, puisque les églises jumelles renferment de ses tableaux.

Prenons donc la mignonne via del Babuino, même si, la pauvre, est associée pour moi à des souvenirs qui me donnent une bien piètre image de l'Eglise à Rome. mais passons, passons, nous voilà déjà à la Trinità dei Monti. Enfin, pour l'instant, nous ne sommes que place d'Espagne, il va falloir emprunter les escaliers...Je dis ça, mais flemmarde que j'étais (que je suis), j'empruntais plutot l'ascenseur, qui se trouve dans le couloir du métro. Mais bon, j'ai une excuse : vous voyez les petites fenêtres, sur le bâtiment à côté de l'église? Ben j'ai habité juste là pendant tout Rome 1...(neuf mois, donc). Alors bon, les escaliers..ça va une fois, mais après, ça devient très surfait, n'est-ce pas.
Mais bon, montons-les, quand même, ces escaliers. Vous avez de la chance, il pourrait pleuvoir. Et le marbre, bordel, c'est moi qui vous le dis, ça glisse. Non non, ce n'est pas du tout du vécu.
Le virtuel a vraiment du bon, parce qu'aux dernières nouvelles, l'église de la Trinité, elle était enfouie sous de grands échaffaudages. Ah, et le bâtiment, celui où j'ai habité, il n'est plus rose, il est jaune. Tout fout le camp, c'est moi qui vous le dis...

tenez, on va emprunter la via Sistina. parce qu'il faut quand même que je vous montre le cyber café où j'allais sur internet lors des temps préhistoriques où je n'avais pas internet chez moi (il y a trois ans, donc...mais on s'habitue vite!)

Par une pirouette géographique (merci le virtuel, je dois dire que là, mon plan de la ville (de mémoire) est assez hésitant. On va faire comme si. ), retrouvons-nous via dei condotti. Autrement dit, aux pieds de l'escalier de la Trinità, où nous étions tout à l'heure. C'est pas dur à trouver  : si on tourne le dos à l'escalier, on a la rue en question juste en face. C'est une rue semie-piétonne, réputée pour ses magasins chics. On y trouve aussi les plus célèbres palais cardinalices romains, il me semble.On accélère pour se retrouver via del Corso. là où j'ai été sauvée par un prince charmant, tiens.(enfin, dans le coin, quoi); C'est une grande voie, et la circulation s'intensifie. Il n'y a pas de place pour tout le monde sur les trottoirs, il faut déborder sur la chaussée..Du moins, quand les voitures le permettent. Autrement dit, on n'avance pas vite, dans ce coin qui en plus est fort désagréable. Pas de souvenirs particuliers ici : il s'agit simplement d'un moyen pour aller d'un lieu à un autre. traversons vite, donc, pour arriver à des quartiers plus fréquentables (et je n'ai pas choisi le meilleur itinéraire : nous venons de râter la fontaine de Trévi. bah, c'est pas grave, vous reviendrez quand même, allez (pour info : la légende veut que si on lance une pièce dans cette fontaine, on est assurés de revenir à Rome. je n'ai jamais mis de pièce, et pourtant, j'y suis revenue...ce qui est simple, finalement, étant donné que tous les chemins y mènent).
Du coup, tant pis, on suit une des foules de touristes, dans des rues plus étroites, entourées de maisons plus anciennes et peintes. Normal, on est en Italie. Pour certaines maisons, la peinture s'écaille nettement. pour d'autres, elle est archi neuve. C'est comme ça, un enchevêtrement de plus.
Et nous voici à ce temple devenu église : le Panthéon.

Le Panthéon, un de mes petits amours à moi. peut-être à cause du voyage temporel (de l'antiquité à l'âge de l'Eglise à nos jours). A cause de sa rotondité, c'est certain. A cause de ses colonnes d'une épaisseur impressionnante. A cause, bien entendu, de sa particularité : le trou rond dans son plafond. A l'orgine pour faire un peu (fait frisquet, dans ces temples en marbre, on n'imagine pas..) et désormais pour amuser le touriste quand il pleut et faire des jolis effets de lumière quand il fait beau.
Comme pour notre panthéon (et pour cause, étant donné qu'il lui a servi de modèle sur ce point au moins), des gens importants y sont enterrés. Dont Raphaël. Non, pas le chanteur, le peintre, pff.

Bon, bref. retournons à la lumière. piazza della Rotonda. Si on se retourne, la voilà, notre panthéon.

Euh..alors, je sais pas pour vous, mais moi, je commence à fatiguer. c'est qu'on a pas mal marché, mine de rien. oui, moi, je suis tellement flemmarde que même la marche virtuelle me crève. Pis j'ai une petite faim. Quoi, "juste un prétexte pour prendre une glace"? Non mais, qu'est-ce que vous allez imaginer là? Bon, mais vous en voulez une, de glace?

Voyons voir. On pourrait aller à Gioletti, la fameuse gelateria...la plus connue, en tous cas, la plus réputée. mais franchement, moi, je ne la trouve pas si terrible que cela (pis ça fait classe, de dédaigner les trucs réputés). Non, on va ller jusqu'au Blue Ice. Blue Ice, c'est une chaîne, c'est vrai, mais leurs glaces sont quand même artisanales...Et très conséquentes. Les bacs débordants de crème glacée, surmontés de fruits, graines ou autres pour symboliser le parfum de  la glace...
hem, bon, je me calme. Pour moi, ce sera cannelle, bacio et...euh...mûre, tiens.

Voilà, je propose de profiter de la pause pour en faire une aussi dans la note qui commence à être trop longue...
pour info, il est évident qu'aucune photo n'est de moi, vous pourrez retrouver d'où elles viennent à partir des liens.
on repart tout à l'heure, enfin, si ça vous dit...preview : du soleil et de l'ombre aussi, des fontaines, des pavés, des caillous, des briques, des caillous..euh non, zut, je l'ai déjà dit. des palmiers et pins parasols.  le Tibre. Et les grattacheche..(ne cherchez pas à savoir ce que cela veut dire en romanesco, ne cherchez pas à savoir...)
Ah, et je m'excuse : tout cela est de mémoire, y compris le plan...Donc bon, les éventuelles erreurs, c'est dem afaute, mea mea culpa, maxima, même.

humeur : souvenirs vivants
bande-son : albachiara. A la guitare, s'il vous plaît.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 17/10/2006 22:39

J'attendais justement de me faire prier;)  Merci d'avoir pris la peine de te dévouer pour cette tâche, vraiment! Bon, je vais m'y mettre, alors.

schleuder 17/10/2006 13:14

Alors, elle vient la suite ?

sel 16/10/2006 14:44

Ange-étrange : ben pourquoi pas, Rome, ce n'est pas le bout du monde, après tout!:) (enfin, des fois , j'ai l'impression que si, mais c'est uen autre histoire:)) je n'aime pas beaucoup la glace au melon, mais j'ai eu des echos de la part de gens qui l'appréciaient : il parait qu'elle est délicieuse (à Rome, je veux dire)
Plume : bravo, pour la vespa! bah, la note était déjà trop longue, elle aurait été démesurée..;Mais du coup, je n'ai pas évoqué mes vrais endroit préférés ou ceux qui me touchent le plus.
 
Mae : c'est possible, je ne me rend pas compte..quand on est à un endroit, il nous semble tellement banal, quotidien, qu'on ne pense pas à en parler! ou plutot, j'ai dû laisser trâiner quelques petites notes, comme des touches...Mais jamais une balade aussi poussée, ça, c'est vrai!

mae 15/10/2006 12:35

belle promenade mais tu ne parlais jamais autant de Rome lorsque tu y étais!

Le Plume 14/10/2006 23:11

La vespa, ça fait bzzzz bzzz et ça pique si on n'y fait pas attention. Et ça aime la confiture.Sinon je trouve la Piazza del Popolo assez sinistre; lorsqu'on y était, c'était carnaval, et des enfants grimés s'y ennuyaient sous un petit crachin. Par contre, la Trinité des Monts, c'est quelque chose - à ses pieds la Via dei Condotti est en effet périlleuse, surtout pour ma carte de crédit.Le panthéon, oui, le plus beau monument de Rome, sans doute. Et ça me rapproche de mes coins favoris à Rome, entre Piazza Navona et Tibre...