Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 21:21
S'il y a une chose qui est difficile, nous le savons, nous, blogueurs (ici, deux nota bene, mais je vais être sage, pour uen fois, je vais les mattre à la fin de la phrase (sauf que ça sert à rien, puisque trop tard, la chaîne des parenthèses est commencée (et quand elle commence, on ne sait jamais où elle finira (bref)))), c'est bien le discours sur soi.
Parenthèse 1, donc : je dis "nous blogueurs", mais bien entendu, ce nous n'est pas exclusif, amis lecteurs, mes frères, voire mes soeurs, vous pouvez lire (ce qui tombe bien, puisque vous êtes lecteurs) sans être blogueurs, bien entendu. je sais, c'est dingue comme je suis ouverte et généreuse, mais que voulez vous, sans folies, on ne vit pas, hein.
Parenthèse 2 : je ne suis pas en train de dire que les blogueurs sont tous des cinglés égocentriques; mais qu'on le veuille ou non, selon moi du moins, quand on écrit, et surtout quand on écrit sur ce support, on parle de soi, même si on a un discours qui se veut neutre et général, politique ou culturel. Voilà, c'est mon avis et je le partage.

Discours sur soi, donc.
C'est vrai, quoi.
Soit on en dit du bien, et on est taxés de vantards.
Soit on en dit du mal, et on "s'autoflagelle".
Soit on refuse le bien qu'on en dit, et on est "faux-modeste".
Soit on n'en parle pas, et on est névrosé (dans la mesure où il existe des gens sans aucune névrose, ce dont je ne suis pas persuadée (ceci dit sans vouloir vexer personne, entendons-nous bien))
on a éventuellement le droit s'en rigoler, on appelle ça l'autodérision.
je ne parle pas du discours neutre, parce qu'un discours neutre sur soi, je ne suis pas certaine que ça existe. D'autant que dans les adjectifs descriptifs, il y a souvent un jugement de valeur inclu, et si vous, vous ne le mettez pas, les autres le feront (genre si vous dites que vous êtes belle, ou au contraire, bête, dans les deux cas, vous pouvez avoir l'impression de simplement constater un fait, alors que les autres penseront soit que vous vous flattez, soit que vous vous auto flagellez.)

Oui, je sais, dans un sens, ce que pensent les autres, on s'en fout...mais non, en fait. Après tout, si on cause, sur soi ou sur autre chose, c'est bien pour que les autres vous écoutent, non? Et si c'est le cas, comment éviter le jugement? Objection rejetée, donc.

Alors, comment faire? c'est vrai, quoi, c'est casse-pied.Quoi qu'on dise, et quel qu'en soit le ton, c'est mal.
Bon, d'accord, en même temps, je culpabilise vite.
Bon bis, c'est vrai, on ne peut pas dire que mes relations avec moi, et donc, avec le discours sur le sujet, ne soient très saines (mais il y en a, qui ont de vraies relations saines avec eux même, hein hein hein? (vous allez m'en vouloir, mais non bis, je ne suis pas en train de vous traiter tous de névrosés (enfin si, mais ça n'a rien d'une insulte, en fait)))

Tout ça pour dire quoi? Ah oui. Si je refuse un compliment, désolée M. De La Rochefoucauld, mais ce n'est aps forcément par désir d'être loué deux fois. ou fausse modestie. ou autoflagellation. ça peut juste être un élément neutre de description, "non, désolée, je ne suis pas d'accord, je ne suis pas ce que tu dis...mais bien entendu, tu es libre de penser de que tu veux!". (non, parce qu'après, on a droit au "tu n'as pas à décider à ma place de ce que je pense"
Là, déjà, puisque je parle de refuser un compliment, vous vous dites (peut-être, parce que comme je le disais, loin de moi l'idée de penser à votre place) quelle mijorée, celle-là.
On a qu'à dire que je tiens le même discours si je refuse d'admettre qu'un reproche qu'on me fait est justifié. Là, ça fait juste un peu prétentieux.

Sel, ou l'art de se compliquer la vie (oui, je sais, comme beaucoup de gens, en fait)

humeur : De l'auto-énervement, sauce à la sel. Ben c'est pas bon, et pourtant, c'est régime quasi-quotidien, en ce moment
bande-son : arte

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 03/12/2006 16:15

Heure bleue : Effectivement! Peut-être que c'est ça, l'amour, ou simplement, les relations humaines en général, des névroses plus ou moins compatibles?Tim : arf, ben tu vois, on ets dimanche, et j'ai toujours pas posté...Mais ça viendra, ça viendra, soyez attentifs, car vous en savez bi le jour ni l'heure;) (non non, je ne me prends pas pour le Christ, quelle question:p)Phelicitée : c'est comme ça, mais des fois, ça a le don de pourrir la vie!Baby : c'est exactement, exactement cela...Plume : mouais...tu peux expliquer la nuance, s'il-te-plaît? Je ne suiss pas vraiment convaincue, mais c'est certainement simpleemnt que je ne vois pas bien ce que tu veux dire.Ouais, on en revient à ça : ne pas dire du mal de soi, en dire plutôt du bien...L'idéal, je pense, c'est l'équilibre, toujours lui, le fameux équlibre, celui qui me manque certainement encore.

Le Plume 02/12/2006 13:02

Le discours du blog, forcément un discours sur soi? Pas forcément. Un duscours de soi, oui. Ce n'est pas tout à fait pareil. Même s'il y a des intersections possibles.Sinon, je ne sais plus qui disait: "Il faut toujours dire du bien de soi, parce que des fois, ça vous revient, et vous ne savez pas qui l'a dit."

Baby la malice 02/12/2006 10:04

Si je dis je suis ...
Si je dis pas je suis ...
La contradiction du soi, nous semons le doute, nous récoltons l'incertitude.

Phélycitée 01/12/2006 20:24

On s\\\'inquiète toujours trop de ce que les gens vont penser de nous. C\\\'est comme ça.

Tim 01/12/2006 13:23

J'adoooooooooore les parenthèses ! Par contre, là ça fait depuis mardi que y'a pas de nouveaux billets (bon c'est pas grave, mais quand même quoi), donc tu penses reposter quand ? (oui je suis impatient, en même temps, en ce moment, j'ai un peu que ça à faire)