Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 22:53
Les journées s'accumulent, chargées de découvertes et autres aventures.

Je pourrais vous raconter les exploits de la machine à explosion, non non, il ne s'agit pas d'une voiture, mais bien d'une machine à laver le linge. Elle fait un tel boucan qu'elle se déplace. Ou alors, c'est l'inverse. Oui, parce que le petit pois sauteur, c'est peut-être mignon, mais la lavatrice sauteuse, là, tout de suite, c'est plus impressionant. Et puis, ce qui est bien, c'est que le linge qui en sort est tellement mouillé qu'après, une fois le linge étendu, ta chambre fait piscine. c'est là que j'aurai eu bien besoin d'une essoreuse, tiens...(attention, jeu de mot très subtil, destiné à un public restreint, et que j'ai eu beaucoup de mal  trouver (et à caser) (en fait, non, même pas : pas ma faute si le linge était effectivement à essorer, et du coup, pas pu m'empêcher de faire le jeu de mots en question (bref)). Toutes mes excuses, promis, je ne le referai plus)

Remarquez, au point où j'en suis, je pourrais aussi déblatérer pendant des heures sur les transports en commun. En mal, évidement. Bon, d'accord, se tromper de bus, c'est pas non plus ce qu'on fait de  mieux pour arriver à bon port. Et puis d'abord, je ne me suis pas trompée, j'ai juste essayé un nouveau bus. C'est pas ma faute si il y a une  cinquantaine d'arrêts qui portent le même nom, et qui ne sont pas situés à côté, de préférence. Et puis prout. J'en ai été quitte pour passer deux heures d'affilée dans un bus. Bus attendu seule dans le froid, l'obscurité et...et...J'espère que vous pleurez déjà de compassion, hein (sans rire, j'étais pas fiérote, sur le moment)

Tenez, autre réflexion (c'est dingue) : dans les bus comme dans les métros, cela m'a toujours amusée, les gens qui, aux heures de pointe, restent planté sur leurs pieds, sans bouger. Ils voient une masse humaine arriver. Mais au lieu de se pousser, non, ils font barrages. sans doute pour protéger les pauvres gens qui sont derrière. D'ailleurs, je dis que ça m'amuse..ça m'amuse surtout quand je fais partie des pauvres gens protégés, derrière.

Evidemment, il faudrait aussi que je parle de la pizza. Ce sera pour une autre fois.

J'avais par contre oublié à quel point le temps à Rome était féminin. Oui, féminin : il est capable de passer du beau fixe aux larmes en un rien de temps et sans raisons (sans raisons apparentes, du moins, messieurs) . Conclusion : de même que les hommes doivent toujours avoir un paquet de mouchoirs sur eux, au cas où la femme serait prise de frénésie lacrymale (je sais de quoi je parle), autant, à Rome, il faut toujours avoir un parapluie. Je m'en souviendrai, maintenant.

Bon, mais comme ça fait pas grand chose de positif, tout ça, on va finir sur une note plus joyeuse. Car il y a une chose bien, en Italie. (bon, d'accord, disons, au moins, une chose bien).  Oui : les blagues sur les blondes sont absolument inconnues. Si je suis una biondina a Roma, c'est un compliment, pas une insulte.  (les blondes comptent pas pour des prunes, bordel ! (quoi, énervée? Moi? Vous croyez ? Cest pas moi, c'est que je sens mes pieds plonger délicieusement dans l'inondation précitée dans la note...)

Et toc.
(non, rien, c'est juste que je ne trouve pas de conclusion à la note)

bande-son : help, I need somebody

Humeur : tout ça. Au moins. Sinon plus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 11/01/2007 10:48

Sophie : j'espère ! Ceci dit, ça va déjà mieux depuis que j'ai écris la note, donc bon.

Sophie 10/01/2007 23:00

Les énervements du début... Bon courage... Ca finira par rentrer dans l'ordre que tu souhaites... Bises

sel 10/01/2007 21:37

Phelycitée : non, pas évident. bon, je n'y mets pas vraiment du mien non plus, c'est vrai.Tarmine : bah, sans être loin, j'aurai quand même pu passer deux heures pour rentrer, les transports en commun étant ce qu'ils sont, à Roma...Petit : Des grands bonds, même ! C'est assez impressionant. on se demande quel est le géant qui a oublié d'ouvrir la porte avant d'entrer, et puis non, en fait. c'est juste la lavatrice (j'adore ce mot)Arf, Patriarch !

patriarch 10/01/2007 14:48

Normal, ils ont le blond vénitien !

Petit et Mechant 10/01/2007 10:12

J'imagine assez bien la machine sauteuse. Boing, boing, boing, qui se déplace par petits bonds !