Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 09:17


L'italien, c'est facile

voilà la phrase par laquelle on tenta de me convaincre de partir la toute première fois. Le pire, c'est que ça a du marcher, vu que je me retrouve, plus de trois ans après, à me trimballer à Rome.
Mais bref.
Après six bons mois dans la Ville, je pouvais enfin réentendre cette phrase sans que cela déclenche en moi un rire nerveux.
Heureusement, d'ailleurs, parce qu'accessoirement, je dut passer vers cette époque un certain nombre d'examens oraux
Bref. L'italien, c'est facile. Ben oui, c'est bien connu, il suffit de mettre des "o" et des "a" à la fin des mots français, et hop, le tour est joué.

Par exemple, morbido. Hop, morbido, ça vous dit quelque chose. Si on met un "e", on trouve le français "morbide", et vous vous voyez déjà dans une atmosphère du style...euh...noir. Sombre. Enfin glauque, quoi.
Ouais.
Sauf que là, vous etes en train de bouffer votre petit-déjeuner, que le soleil est en train d'éclabousser la fenetre, meme que ça vous fait cligner des yeux, parce que bon, c'est le matin, quand meme.
Sauf que le morbido, là, il est écrit sur votre paquet de pain de mie. Du pain de mie morbide. Alors là, soit vous etes en train de rever et le film regardé la vielle au soir vous travaille encore, soit il y a un truc.
Votre sang ne fait qu'un tour, et vous décidez de mener une enquete. Oh, pas en cherchant dans le dictionnaire, hein, ce ne serait pas drole. De toute façon, un dictionnaire, c'est lourd, et le votre vous attend bien sagement dans la malle que vos parents doivent vous envoyer "le plus vite possible, promis"
L'enquete se poursuit, donc. Au fil de vos lectures, vous tombez sur des expressions du type donna morbida, ou pelle morbida. Vous le savez, donna, c'est "femme" et pelle, c'est "peau".
Une femme morbide. ben voyons. Et le pire, c'est que ça semble plutot une qualité.

La question est donc : que peuvent avoir de commun le pain et la peau d'une femme?
je vous laisse répondre, j'ai du pane morbido sur le feu. Euh...Non, je m'embrouille.

En plus, j'ai un autre exemple à donner. Tout simple. Sentire.
Ah, sentire, là, on est en terrain connu. Sentir, c'est un truc que vous faites relativement souvent. Ou alors, que vous ne faites pas, d'ailleurs, quand vous ne pouvez pas sentir quelqu'un (les joies des expressions françaises)
Le problème c'est quand, au cours d'une conversation on ne peut plus normale, votre interlocuteur vous ordonne soudain "senti".
Vous le regardez un peu interloqué. Pardon?
Vous reniflez vaguement. D'ailleurs, à part les relents de gaz d'échappement, vous ne sentez pas grand chose.
L'autre a l'air de continuer tranquillement. Bon, ça ne devait pas etre si important.
N'empeche, cela vous intrigue, bien sur. Vous n'en dormez plus. Vous en revez meme le jour. Pourquoi, mais pourquoi a-t-il demandé une chose pareille?

Bon, imaginons que dans les jours suivants, vous alliez à un spectacle. Peu importe lequel. Tenez, un concert, par exemple.
Et là, de nouveau, votre interlocuteur de vous demander (en plein milieu du truc, en plus, il a du culot, non mais, si en plus, on ne peut plus écouter tranquille) si "tu sens bien"
Evidemment,il y aurait la possibilité de penser qu'il s'agit là d'une petite différence grammaticale avec le français, et qu'il a voulu demander si "tu te sens bien". Bien sur, c'est possible.
Mais y'a comme un truc, quand meme.
D'ailleurs, la lumière se fit soudain dans votre esprit. Vous etes à un concert. Il vous demande de sentir.
Sentire.
Sentire veut dire, avec une logique implacable "entendre". Enfin, attention, ce serait trop facile. cela veut aussi dire sentir. mais ce n'est pas son sens le plus fréquent.

Je terminerai cet éloge de la langue italienne comparée à la française par un détail assez amusant.
Le vouvoiement, en italien.
En Italie, pour vouvoyer, on ne dit pas "vous", évidemment, y'a que les français, pour faire ça.
On ne traite pas non plus les gens du usted espagnol.
Non, c'est mieux.
On les traite de femme.
Eh oui, en Italie, pour vouvoyer quelqu'un, on emploie la 3e pers. du singulier...au féminin (sauf pour les accords, qui se font au masculin, si'il s'agit d'un homme)
Et je dois dire que rien que pour cela, j'aime l'italien.

humeur : je sais, je me défile sur des sujets certainement plus graves et importants. Mais je n'ai jamais su parler de choses importantes, et surtout si on me demande d'en dire autre chose que des banalités. Alors tant pis, je renonce.

bande-son : les Beatles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 11/02/2007 12:50

Le passeur, tiens, en y réfléchissant : en italien aussi, ils n'y a pas de différence  non plus entre ils et elles au pluriel...Donc idem pour le vouvoiement. Faut vraiment être Français pour se casser la tête avec "ils" et "elles" (mais pas pour le vouvoiement (non non, c'est simple, en fait, il suffit de relire trois ou quatre fois la phrase, et c'est bon))).

sel 11/02/2007 12:48

Le Passeur qui passe : arf, et encore, si on faisait dans le private joke, bifteak al carbon, ça pourrait avoir un sens vraiment horrible ! (oui, Carbone, c'est aussi le nom d'un chat, c'est pour ça)Pour l'allemand...je laisse les personnes compétentes en discuter les subtilités !Tim : voui, bah, si tu as trouvé sans lire les commentaires, c'est ce qui compte ! bravo, donc !

Tim 11/02/2007 09:39

Mince, j'arrive trop tard. J'avais pensé à doux, mais bon... J'avais qu'à être là avant !

Le passeur 11/02/2007 02:48

Zut, j'ai raté le jeu...Mais ça m'a bien fait rigoler vu que ça m'arrive à moi aussi tous les jours. Par exemple ici, ils adorent les "bisteak al carbon". Beefsteack, d'accord, mais carbonisé? En fait, ça veut juste dire barbecue (carbon = charbon...)Et une petite précision par rapport à l'allemand (il fallait bien que j'y mette... mon grain de sel ;) ) : le "sie" est féminin au singulier, mais sans genre au pluriel. Un peu comme en anglais avec "he" et "she" au singulier, et seulement "they" au pluriel. Et le vous de politesse reprend cette 3ème personne du pluriel. Mais c'est vrai que ce pronom est le même que le féminin singulier. (quoi je pinaille? Oui bien sûr, toujours ;) )

sel 10/02/2007 13:23

Peebee : non, tellement pas loin que c'était ça !Arf, Héroine : mais non, et puis, ce sera pour une autre fois !Mimi : ah bon? je ne savais pas du tout. Remarque si, maintenant que tu le dis : morbus, c'était pas la maladie, en latin? oh, quel dommage, je n'ai PAS mon vocabulaire latin pour vérifier....Mais bon, en français, morbide, c'est la mort, non? (sauf p-e en psycho, ça, je n'en sais absolument rien)Baby : les gestes font partie de la langue italienne ! Bon, d'accord, c'est exagéré de dire ça, mais quand même. Ceci dit, pour moi l'étrangère à l'italien parfois hésitant, ça peut être utilen en effet