Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 13:39

Le week-end dernier, nous nous sommes offerts deux jours à Assise. 

Voici quelques réflexions en vrac et non dévelopées suite à cette visite :

-François a tout quitté pour vivre de pauvreté. Mais pour pouvoir faire ce choix, il faut avoir été riche, à un moment donné. Je ne dis pas qu'un "pauvre de naissance" ne peut pas faire l'éloge de celle-ci, mais cela ne pourra pas etre un choix entre deux alternatives, ou alors, deux alternatives différentes (l'un fait le choix entre richesse et pauvreté, l'autre entre accepter ce qu'il a (ou plutot, ce qu'il n'a pas) ou s'en plaindre, ou se battre.). Je parle là de pauvreté matérielle. En ce qui concerne la pauvreté intellectuelle,  ou la pauvreté de coeur, tout est totalement différent à mon sens. François a fait le choix de la pauvreté systématique et sur tous les plans (bon, sur la pauvreté de coeur, j'exagère, enfin, j'imagine). Il y a beaucoup de façon de vivre celle-ci.

 

 -Sainte Claire, elle aussi issue d'une famille "riche" a tout quitté vers l'age de 16-17 ans...Quel geste ! Mais n'est-ce pas aussi le "romantisme" de cet age ? Je m'imagine bien faire de même, surtout étant donné l'alternative, le probable mariage avec un barbon...Comment se représentait-elle son futur, lorsqu'elle décida ce qu'elle décida ?

 

-J'ai trouvé bizarre de voir conservés les (soi-disant ?) reliques de François et de Claire. Leurs tuniques, et même les cheveux de Claire. Ce n'est pas la première fois que je vois des reliques, la question n'est pas là, mais d'ahbitude, on n'en voit que des fragments. Là, c'est la tunique entière, des boucles de cheveux complètes. Cela a un coté, je ne sais pas...déprimant. Parce que j'ai du mal à croire que ce sont "les vrais" ? Ou parce qu'au contraire, bien plus que les pierres, ils nous rapprochent et nous éloignent à la fois d'eux, sans que je sache bien expliquer pourquoi ?Est-ce parce que ces vêtements, exposés dans des vitrines, semblaient être d'un format immense (j'ai trouvé) ? Etait-ce parceque effectivement, cette bure ne devait définitivement pas être cconfortable à porter ? Est-ce tout simplement à cause de leur âge, de l'histoire touchée du doigt ? Ou, comme je le disais, par cette "incroyance" de leur authenticité ? Ou par l'exposition des vêtements de ces "saints" ayant vécu une vie de misère et de souffrances, et qui nous sont exposés comme des modèles ? Peut-être aussi que le fait d'être accompagnée par un protestant a accentué ma sensibilité à ce coté là, je ne sais pas.

 

-Et surtout : "pauvre" François (et c'est le cas de le dire !), qui toute sa vie, a vécu pour que l'Eglise retrouve sa pauvreté primitive...Et pour qui, quelques centaines d'années plus tard, on batît une ode à l'art, la couleur, la beauté, mais aussi à la richesse et au luxe (je trouve). Alors certes, ce luxe est avant dédié à Dieu, mais quand je vois cela, je comprends d'autant mieux les mouvements qui voulurent retrouver la simplicité et aussi, l'absence de couleur...Pourtant, j'adore celles-ci, j'adore les vitraux, mais là, trop, c'est trop ! La basilique supérieure, avec la frise de Fra Angelico, est déjà plus simple, plus sobre, et donc, à mon avis, plus belle. Toujours à Assise, l'église Santa Chiara est, elle aussi, beaucoup plus sobre. Si je savais encore prier, je pense que ce serait là-bas que j'irais, beaucoup plus facilement qu'à San Francesco.


P1040605.JPG

Et voilà Assise, vue depuis le chemin entre la ville moderne (où se trouve la gare) et la ville médiévale. Le monument en l'honneur de François (enfin, en l'honneur de Dieu, et de François) est bien entendu le gros machin à gauche. La basilique, c'est évidemment le bâtiment posé dessus. Le reste, j'imagine, sert de logement à nos franciscains. Enfin, je suppose. Et il y a aussi probablement un gros paquet d'archives !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

maevina 03/12/2012 11:07


je ne savais même pas qu'il y avait un village Assises, je connaissais St François d' , je croyais que c'était simplement un titre de noblesse mais pas une provenance !!!!

sel 20/11/2012 21:15


Coumarine, cela me fait bien plaisir de voir ici :) Merci de ton passage !


Moi aussi, je suis assez dubitative sur les reliques... Après, si cela peut en aider certains à prier, ou nous pousser à réfléchir, pourquoi pas...Tant qu'on ne dépasse pas les limites de
l'idôlatrie ! (après, bien entendu, on peut passer des heures à définir celle-ci, mais enfin)

Coumarine 20/11/2012 15:55


que voilà un billet bien intéressant!


Sur la pauvreté quand elle est un vrai choix... sans doute pour interpeler le monde?


Ce que tu dis des reliques me frappe...est-ce nécessaire de garder des reliques? Pour nous rendre ces personnes plus proches de nous? Je ne sais pas si c'est nécessaire...cela risque de provoquer
une "adoration" d'objets bien ordinaires...

Sel 10/11/2012 17:55


Bonjour Cassandre, et bienvenue :)


Oui, tu as raison, en ce qui concerne les reliques : on a l'habitude de parler de St Machin et de Ste Truc, mais finalement, cela reste abstrait, presque de la fiction. Voir des vêtements qu'ils
ont portés, ou du moin,s sont censés avoir portés, cela oblige à les voir comme de "vrais"humains.


Pour le rapport de François aux animaux, je n'ai rien de particulier à en dire, pour être honnête...Il y a bien sûr la fameuse fresque de Fra Angelico, qui est très douce, mais cela ne m'inspire
pas grand chose d'autre...Désolée !


Bon week-end

Cassandre 10/11/2012 13:02


Bonjour, voici des réflexions intéressantes!!..Effectivement, s'ils ont choisi la pauvreté, c'est pour fuir qqchose ou un milieu qui ne leur convenait pas..d'autres deviennent pauvres sans le
choisir et là c'est le drame..A noter que l'inverse est aussi vrai , devenir riche du jour au lendemain est un sacré choc..


Par rapport aux reliques, je pense que le malaise vient qu'on les imagine + comme des personnes abstraites (le statut de saint) que réelles..les voir comme des humains (qu'ils sont!) c'est comme
voir n'importe quelle personne ..trop humaine et trop fragile..


Par contre, tu ne parles pas de son lien aux animaux..ce qui caractérise surtout François d'Assise.  Dans sa vie, c'est ce qui m'interpelle le +..


Amitiés et bon week-end !