Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 18:07

Parmi les phrases qui circulent, et qu'on se répète les uns-les autres, il y a le fameux "nan, mais ce qui compte, ce n'est pas la fête elle-même, c'est la préparation".

 

Et de citer comme exemple noël et son Avent, ou le mariage, et ses préparatifs.

 

Ben moi, désolée, mais ces phrases m'attristent. 

Il faut dire que Jules et moi sommes peut-être des êtres étranges, mais ce qu'on a préféré dans le mariage, ce n'est pas les préparatifs (ouh lala, non), ni même la journée elle-même. Non, le mieux, dans le mariage, finalement, c'est la vie après. Bon, surtout quand la vie après, c'est un voyage de noces, faut reconnaître.

 

Mais même pour les autres fêtes. Si je dois inviter du monde à la maison, je ne suis pas détendue tant que le premier invité n'est pas arrivé. 

Pour noël, il est vrai que cette année, pour une fois, le tapage autour de la consommation m'assome moins que d'autres fois. Il est vrai aussi qu'il me semble avoir remarqué qu'il y avait moins de cohue dans les magasins, et moins de lumières clignotantes dans les rues et les jardins que les autres années. Et pas un seul père noël aux fenêtres, ce qui n'est pas une grande perte, c'est même une avancée. Je n'ai l'impression de cette course folle à laquelle ressemble d'habitude le mois de décembre. Peut-être à cause du gel qui me paralyse...

Mais il n'empêche, moi, ce que j'aime dans noël, c'est la veillée, le 24 au soir, et le fait d'être ensemble avec des gens qu'on aime, tout simplement (c'est mon coté gnangnan). C'est bête, mais je me suis mise à aimer noël que depuis peu, depuis d'une part, que j'ai dû vivre la fête dans une famille complètement inconnue et loin de ma famille, donc, et depuis aussi que nous faisons cela en petit comité, avec mes parents et mes frères et soeur, sans se "forcer" à retrouver tous les cousins qu'on connaît à peine, comme quand on était petits.

Après, le coup de noël, c'est un peu particulier. C'est une fête religieuse à la base, donc je comprends aussi que la préparation soit d'autant plus importante et tout. Mais après tout, les bergers ne savaient pas que le bébé allait arriver, et ils en ont été d'autant plus heureux ! Bon, enfin, je laisse là ce genre de considérations que je reconnais moi-même être un brin fumeuses.

 

Bref, mais tout ça pour dire, certes, la préparation, c'est bien mais la fête, c'est mieux. 

Et s'il est vrai qu'un plat qu'on a préparé a une saveur particulière, celui qu'on déguste sans avoir à y bosser est bon aussi. Bon, surtout si la personne qui a bossé dessus en question est ma maman, mais ma maman, c'est la meilleure cuisinière au monde, alors, ça n'aide pas. Et il faut ajouter qu'avec mon amie le complexe d'infériorité, j'ai tendance à être trop sévère avec ce que je prépare, et à ne pas bien y goûter.

 

Après, bon, si la fête est râtée, c'est pas mal dep ouvoir dire "au moins, on a passé de bons moments à la préparer" ! Mais pour moi, ce n'est qu'un pis-aller, un truc qu'on se raconte pour faire passer la pilule.

 

 De même que je trouve triste la fameuse phrase selon laquelle le meilleur dans l'amour, c'est de monter les escaliers. M'enfin bon, chacun son truc, aussi. Et heureusement d'ailleurs, parce que chez nous, y'a pas d'escaliers.

 

P1070649.JPG

ça, c'est la zoulie décoration de table faite par ma non moins zoulie maman à Noël dernier (non non, malgré les apparences, je n'ai rien de particulier à me faire pardonner par elle aujourd'hui).

D'ailleurs, à propos des décos, là, par contre, je dois reconnaître que le fait de l'avoir préparée joue beaucoup : je n'avais jamais trop regardé les décorations des tables dans les mariages où je suis allée, jusqu'à la prépaparation du notre (en même temps, les mariages où j'étais allée avant ça se comptent sur les doigts d'une main, mais enfin)

(en tous cas, le coup des feuilles de Gincko sur nappe vert forêt, j'avais trouvé ça super joli)

 

Humeur : je crois bien que je n'avais encore jamais vu de noël blanc (certes, le fait de passer Noël à Marseille une bonne partie de mon enfance n'aide pas non plus). moi qui suis une râleuse de première, j'en suis presque contente, maintenant que j'ai la panoplie du parfait petit esquimaux (sauf les chaussures, mais j'y travaille)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

heure-bleue 04/01/2011 10:55



J'ai eu des bottines pour affronter la neige depuis il ne neige plus...



dieudeschats 02/01/2011 18:16



Nous on se partage les préparatifs, chacun fait une partie du menu :)


J'espère que ton olivier a survécu !



valerie 22/12/2010 21:55



Je crois bien que je suis comme toi...



maevina 22/12/2010 12:12



l'avantage d'être une famille très réduite, c'est que les fêtes ne sont jamais de grandes corvées!!



sel 21/12/2010 11:06



Oui, moi aussi, je dois reconnaître que ces dernières années, comme j'arrivais genre la veille, j'ai pas trop participé aux préparatifs...là, on va faire fort pouisqu'on va carrement débarquer le
24.


par contre,pour la première fois depuis que j'ai quitté la maison de mes parents...J'ai décoré l'appart avec guirlandes et tout. C'est dingue:p


Pour ce qui est du ménage après, c'est clair que c'est pas terrible, surtout la vaisselle. Mais au moins, on a le chaud au coeur d'avoir passé un chouette moment:) (alors qu'au moment des
préparatifs, je peux pas m'empêcher d'avoir un coup de stress)