Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 21:07

Le mariage, on en parle, on le prépare longuement, on s'habille bien, on prend des photos et tout, mais le plus important - du moins pour les mariés - c'est tout de même après. Parce que sauf accident, cérémonie célébrée par le sosie du King à Végas ou mettant en jeu des stars du show-biz, il y a une vie complète (ou du moins plusieurs années) qui doit être partagée avec l'autre par la suite.

Et il y a aussi la grande question des gosses. Et oui, tous les morveux à venir à propos desquels on vous em... embête sans cesse pour vous demander quels seront les prénoms, le nombre, le signe astrologique et tutti quanti.

Et en particulier, dans quelle religion seront élevés les gosses ? Cela n'a rien d'évident dans le cadre des couples mixtes, que ce soit chrétien-musulman ou catho-prot. Certains se posent des questions à n'en plus finir. D'autres optent pour l'une ou l'autre religion. Certains font des choix arbitraires (les garçons seront d'une religion/confession, les filles seront de l'autre). Les juifs ont trouvé la solution : c'est la religion de la mère qui compte. Voire la solution radicale : on aura pas d'enfants, comme ça pas de problèmes.

Moi, je propose une autre solution : à la naissance du premier gamin, on le balance en l'air. S'il retombe à droite d'une ligne préalablement tracée au sol, il sera catho. Sinon, il sera prot. S'il reste scotché au plafond, on en fera un témoin de Jéhovah.

Le deuxième gamin, me demanderez-vous ? On le met à adopter, parce qu'il ne pourrait avoir que de meilleurs parents si la mère accepte d'en faire des autres, après le traitement subi par le premier.

 

C'était Petit et Méchant, squatter officiel du blog de Sel.

Repost 0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 12:19

Je me souviens, lors des réflexions sur l'organisation du mariage. On me répétait "ce qui compte avant tout, c'est de faire un mariage qui vous ressemble". Et d'ajouter, lors du choix de la robe "faut pas que tu te sentes déguisée, surtout".

 

Mais bien sûr. Genre, je porte une robe à cerceaux tous les jours, je sais parfaitement marcher avec, et je suis absolument à l'aise en bustier. Surtout qu'il faut choisir la robe sans l'avoir essayée à sa taille, donc, pour moi, avec une centaine (bon, j'exagère) d'épingles dans le dos. 

 

Mais bien sûr. Genre, j'organise tous les we des petites party dans un chateau, avec une centaine d'invités. Avec moi qui ai du mal à inviter six personnes chez moi, c'était pas gagné. sel, ou l'anti-mondaine par excellence.

Genre.

Bref, cela me faisait rigoler doucement. Jaune, car il faut se souvenir de mon état pré-mariage : c'était pas joli à voir (enfin, dans la semaine précédente. Avant, ça allait encore)

 

Et puis bon, vous vous doutez que depuis un mois, je regarde en boucle les photos. Petit à petit, on reçoit celles prises par les différents invités.

Déjà, une première chose que je découvre : c'est très amusant de voir les mêmes instants sous différents points de vues. Unetelle a réussi à saisir le sourire du marié dans le miroir. Un tel a fait de très jolis portraits de certains invités. Il y a ceux qui ont pensé à photographier la déco, et la pièce où se tenait le dîner, qui avait été un gros coup de coeur pour moi (rendez-vous compte : elle contient une bibliothèque !! oui oui !! Mon repas de mariage, c'était dans une salle avec des bouquins. Quand j'ai visité cela, malgré le prix, malgré les défauts (et il y en avait...), je ne pouvais décemment pas dire non. )

La qualité de ces photos n'est pas toujours bonne, il y a du flou, il y a du sombre, etc, mais c'est formidable quand même. De toute façon, ce n'est pas comme si je voulais faire autre chose qu'un petit album personel, avec ces photos.

Je disais donc, à force de regarder ces photos, je comprends certaines choses.

Un mariage qui nous ressemble ? Ben c'est pas si stupide que ça, comme expression. Et pas si impossible.

Ben justement, cette fameuse bibliothèque ! Ben justement, la déco choisie avec soin ! Avec par exemple, de la canelle, mon épice préférée, et des pommes de pins ramassées par ma moman. Mon bouquet, qui était exactement à mon gout et contenait mes fleurs préférées.

Et ma tronche. Mon plus grand regret, et c'est pourtant tellement mieux ainsi, je le sais bien, c'est que je me ressemble, sur ces photos. Alors oui, j'ai une robe que je n'avais jamais portée, et que je ne porterai plus (j'espère bien !!). Mais c'est bien moi, avec l'étole qui se barre dans tous les sens, comme toujours. Avec cette mèche de cheveux dans les yeux (c'est ma faute, je ne voulais pas trop de laque). Avec mon teint qui m'insuporte (c'est plus ou moins visible selon les photos). Avec tous mes défauts, quoi. (je vous rassure, je vois aussi les qualités : par exemple, le chignon a parfaitement tenu, et ça, c'est cool).

Bref, non, je n'étais pas déguisée (enfin, un peu quand même). Oui, ce mariage nous ressemblait, finalement, dans la mesure du possible. Ne serait-ce que parce que tout le monde était très sympa. A notre image, donc ;) Normal, ce sont nos familles, et nos potes.

Alors, oui, on a des regrets.

Mais oui aussi, c'était super bien quand même.
(je crois qu'un des grands mérites de cette journée, c'est d'avoir plu à des personnes très différentes) (Bon, le plus grand mérite de la journée, c'était le soleil radieux, mais ça, faut pas le dire)

Photo

J'aime bien cette photo qui montre que malgré le monde, il y avait moyen d'avoir du calme..(enfin, sauf pour les mariés, mais ça, c'est un autre problème)

(Une des rares photos de personnes jamais postée sur ce blog, car je ne pense pas que celle-ci (enfin, celui-ci) soit franchement reconnaissable. Enfin bon, si c'est le cas et que tu ne veux pas apparaître en ces pages, je l'ôterai sans souci aucun;))

Repost 0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 13:18

Tous les ans, à Paris, a lieu le même mystère : celui de la disparition des boulangers.

Je veux dire, bien sûr, les boulangers sont des gens comme tout le monde, et comme tout le monde, ils ont droit à des vacances. Mais pourquoi absolument au mois d'août ? Pourquoi pas la moitié au mois de juillet ? C'est bien aussi, juillet !

Parce que le problème, c'est que moi, je ne suis pas en vacances, en août (je sais, c'est bien fait pour ma poire). Lundi, j'ai dû faire six (6) boulangeries avant d'en trouver une ouverte. Le pain était même pas bon, en plus. Mais au point où j'en suis, c'est un détail. Il avait le mérite d'exister. A vrai dire, ça tenait même du miracle (quoi, j'exagère un tantinet ? Meuh non)

Bon, tant pis, je vais passer mes pauses déjeuner au resto (trop dur, la vie)(les restos, eux, savent qu'il y a plein de monde à Paris, en août, ça s'appelle les touristes, ça parle inglish ou japonish, et ce serait ravi de découvrir à quoi ressemble la fameuse baguette française.)

Alors, ami boulanger parisien, que dis-je, toi, mon frère, permets-moi de t'adresser cette prière : l'année prochaîne, discute avec tes petits collègues, mais néanmoins amis, pour savoir s'il serait pas possible de faire un petit partage : une boulangerie sur deux qui ferme en juillet, et l'autre en août. Cela me semble un deal honnête, non ?

D'avance, merci

P1090431.JPG

Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 13:23

Et voilà. La fameuse lune de miel est officiellement terminée. C'était rien cool.

Il paraît que nos malheurs, eux, ne font que commencer...

 

Par exemple, Régis Hauser (non, je ne connais pas Régis Hauser, j'utilise Evene, comme tout le monde), je disais donc que cette personne aurait écrit " Le mariage révèle le masochiste qui sommeille en vous."
Voilà, ça, au moins, c'est dit.

Quant à Kant, (admirez le magnifique effet de style) (oui, je sais qui est Kant, même si j'utilise Evene, parce que par contre, je n'ai pas lu ses oeuvres, complètes ou incomplètes), il aurait écrit "Celui qui est passionnement amoureux devient inévitablement aveugle aux défauts de l'être aimé, bien qu'en général il recouvre la vue huit jours après le mariage." Bon, de notre coté, on en est à 30 jours, et Il a l'air toujours aussi aveugle. Pourvu que ça dure. André Roussin reprend d'ailleurs  un peu la même idée : "Un homme a toujours deux femmes dans sa vie, celle qu'il a épousé, et celle qu'elle est devenue." Bon, là encore, trente jours après, j'ose penser ne pas trop avoir changé par rapport à mon état de fiancée. Mais après tout, ce n'est pas à moi qu'il faut demander...Rdv dans trente ans.

 

Heureusement, nos bons auteurs ne sont pas que pessimistes.
Ma préférée est probablement celle-ci, mariage ou pas, d'ailleurs : "Dans un couple, peut-être que le plus important n'est pas de vouloir rendre l'autre heureux, c'est de se rendre heureux, et d'offrir ce bonheur à l'autre" (Jacques Salomé)

Et celle-ci : "le bonheur, ça consiste à vivre penché au-dessus de deux bols à café, sur l'un, on a écrit "toi" et sur l'autre "moi" - Et le monde peut crever la gueule ouverte" (Jacques Languirand)

 

Et j'ai trouvé à cette occasion LA phrase qu'il aurait fallu que je découvre pendant les préparatifs de mariage : "Quoi qu'on dise, un mariage raté est quand même plus joyeux qu'un enterrement réussi." (Yvan Audouard)

 

Humeur : hihi, je suis mariée, mais j'ai toujours une tête de demoiselle, si on en croit les vendeurs (remarquez, ça non plus, ça ne pouvait pas trop changer du jour au lendemain, comme dans les citations sus-citées). Celui d'hier s'est rappelé un peu trop tard qu'on lui avait dit la semaine dernière qu'on venait tout juste de se marier, et m'a appelé "madame" au moment du au-revoir (alors que j'avais eu du demoiselle au bonjour). Je trouve ça rigolo. (oui, bon, ça va)


Repost 0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 13:46

Et voilà ! Nous avons récupéré notre premier cadeau de mariage ce samedi (à part un verre à dents qu'on est allé chercher tout de suite pour son coté non-encombrant, mais enfin).

Et c'est, tadaaam : un olivier.

A vrai dire, j'ai commencé par râler (je ne serai pa smoi, sinon). Quoi, un olivier chez nous ? Mais il va crever en quelques jours ! Et puis, le mettre où ? Il n'est certes pas grand, mais quand même, "chez moi, c'est tout petit", comme dirait l'autre. Alors, oui, c'est une jolie idée, c'est typiquement le genre de chose qui me fait envie dans les jardineries, mais que je me refuse pour les raisons ci-dessus. Mais enfin, ce n'est guère pratique. Enfin, ils auraient pu faire pire, ils auraient pu m'offrir un chat, comme m'en a "menacé" ma soeur.

Et puis, l'olivier a pour le moment trouvé sa place sur le rebord de la fenêtre. Je ne sais pas encore s'il s'y plaît (en une journée...) mais enfin, il est plein sud, et tout joli.

Pour cet hiver, il se fera peut-être une villégiature chez mes parents, mais en attendant, je passe mon temps à l'admirer. ça fait plaisir.

P1090427.JPG

Avec en prime, la magnifique vue depuis notre balcon.

Un petit coin de sud dans notre Paris...

 

 

Repost 0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 18:21

En réponse à la question précédente, juste une photo

 

P1090372.JPG

Donc, s'il s'agit d'un mouillage, c'est bien un mouillage à sec...

Ce que je trouve rigolo (même si on ne le voit pas bien sur la photo), c'est la manière dont les bateaux se plantent sur la quille...

(photo prise à 21h26. C'est quand même chouette, l'été...)

 

Repost 0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 21:27

Les foules déchaînées me réclament de savoir où nous étions en voyage de noces : eh bien, voici (en photos, s'il-vous-plaît !) une (demie) réponse : nous étions en Bretagne, m'sieurs dames. Dans le grand nord de celle-ci, pour être exacte. Même que la mer, là-bas, c'est la Manche, ce que je n'ai réalisé qu'en déposant mes petits petons dans l'eau. C'est le genre de réalité qui vous rattrape assez vite.

Mais tout ceci n'était que rusée ruse, puisque je n'aime ni enfiler un maillot de bain ni me baigner. Et là, même MariNouveau (non, cela ne sous-entend pas qu'il y a eu un "MariAncien") ne pouvait me traîner à la flotte puisque lui même n'est pas allé plus loin que les pieds. Gniark Gniark.

Bref, ceci dit, c'est vrai qu'en Bretagne, il ne pleut que sur les cons. La preuve, on a eu un beau soleil pendant tout le séjour, même qu'on est revenus avec des coups de soleil. Si si. 
(Moi qui aime le bleu, j'étais servie:)) 

Et donc, revenons à cette note-ci, et surtout, à ses commentaires éclairés. 

La question devenait donc : et donc, ces bateaux, ils sont au mouillage, ou pas ?

P1090215.JPG

 

Avis aux amateurs de navigation ! (parce qu'après tout, je ne connais qu'une partie de la réponse, mon vocabulaire étant assez limité sur ce point)

Humeur : quelques craintes pour le retour en boulot lundi, mais sinon, tout va bien. Je craignais les effets du fameux wedding blues, mais c'était un tort. Il y a plusieurs choses que je regrette sur cette fameuse journée, mais ce qui est fait et choisi est fait et choisi. Tout le monde semblait content de sa journée. C'est l'essentiel. Et alors, je ne suis pas pressée de revivre les semaines qui ont précédé.

Bande-son : la "petite finale" de foot : oui, se marier, c'est savoir faire des compromis...:p

PS : ah oui, et je dois reconnaître que j'ai été époustouflée par la qualité et la couleur de l'eau de la Manche. On le devine sur cette photo, d'ailleurs. Elle était très claire, entre les algues.

Repost 0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 22:34

Et voilà.

C’est fait.

 

L’alliance brille à nos doigts et nous avons un livret de famille. Nous formons désormais un « feu », une cellule du tissu sociétal, une unité fiscale. Et surtout familiale.

 

Une unité familiale ! Bon, à deux, ça ne va pas loin (sans commentaires, s’il vous plaît), mais nous en formons les deux membres qui se sont choisis.

 

Samedi, tout s’est bien passé. Mais pour rien au monde je ne voudrais revivre la semaine précédente. Cela valait le coup, peut-être, mais je ne referai pas ça tous les jours ! Cela tombe bien, ce n’est pas prévu. Si c’était si stressant, c’était précisemment parce que ce n’était qu’une fois. Qu’il n’y avait pas de rattrapge possible.(bon, et aussi que j'ai été enrhumée à j-7, mais c'est un autre problème:p)

La cérémonie elle-même s’est bien déroulée. Elle était émouvante à souhaits, comme il fallait s’y attendre.

 

Et, il faut le reconnaître, nous avons eu une chance inouïe (et inespérée une semaine auparavant) pour le temps.

 En gros,ce n'était sans doute pas le plus beau jour de ma vie. Non, vraiment pas. Mais c'était le plus exceptionel, voilà qui est certain. (et on a évité que ce soit le plus moche, c'est déjà ça).

Pas de photo pour le moment : elles sont encore chez le photographe. C'est frustrant de ne pas pouvoir les faire soi-même, soit dit en passant. D'autant plus que je préfère largement être de ce coté-ci de l'objectif que de ce coté là !;) Le photographe a passé son temps à me dire d'avoir un sourire moins crispé. Et puis il a arrêté en voyant que ça me crispait encore plus.

 

Mais au final, le pire, c'est peut-être d'être entouré d'autant de gens de connaissance, dont certains pas vus depuis longtemps, et de ne pas pouvoir discuter vraiment.

Tant pis, rendez-vous est pris pour une autre fois !

Et pour le moment, c'est repos (bien mérité, si si !) à Berlin

Bande-son : Les Wise Guys, bien entendu

Humeur : détendue, enfin, et ça fait du bien.

Repost 0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 16:45

J-9

Il y a des expressions qui vous font dresser l'oreille quand vous faites un peu attention.

Par exemple, j'ai toujours trouvé rigolo qu'un bateau puisse mouiller. Ben oui, l'eau, ça mouille, c'est un fait établi depuis les 2be3. Le bateau est donc mouillé par l'eau. Mais c'est pas lui-même qui est source de l'eau. Enfin, jusqu'à preuve du contraire. Je ne sais pas qui a inventé cette expression idiote, mais ben c'est...idiot. Je trouve. Si encore, ça voulait dire qu'une voie d'eau s'est ouverte dans la coque, et que donc, le bateau est en train de couler. Et d'être mouillé inside, donc, Ok. Mais non, le pire, c'est que ça n'a rien à voir. Enfin, je crois.

Ceci dit, comme me le fit aimablement remarquer mon interlocuteur, quand il s'agit de bateau, le vocabulaire est de toute façon assez étonnant. Parce que non content de mouiller, le bateau peut aussi croiser. Est-ce que ça signifie qu'il trace des croix?

Et là, illumination : est-ce que la croisière vient de la croisade ? Qui fut en effet une jolie promenade au soleil, comme chacun sait.


Et du coup, cher lecteur,me voici revenir à mon dada actuel, avec une autre question de vocabulaire. Just married, ça veut dire quoi, au juste ? je veux dire à part "vive eux", parce que ça, j'avais saisi le concept. Mais le just, il veut dire quoi ? Que les époux ont convolé en justes noces ? Ou qu'ils viennent juste de se marier ? Ou alors, cas le plus probable, cela n'a aucun rapport, puisque je te rappelle, petite Sel, que l'expression est anglophone et tes explications francophones.


Tout ça pour dire que J-9, et que c'est pas la gloire. Mais ça pourrait être pire. Il pourrait pleuvoir (ah mince, c'est le cas)

(oui oui, en fait, j'exagère, nous ne sommes pas tant que ça en retard. Du coup, je passe mes journées à me torturer les méninges pour savoir ce que j'ai oublié. On ne se refait pas)

Repost 0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 12:30

J-15.

J-15 !

Enfin, quelque chose du genre.

C'est peut-être J-16 ou J-14, car à ce stade, je n'ose même plus compter (quoi, c'est juste que j'essaie de cacher ma nullité en math, pourtant déjà légendaire ?)

 

Je gère. Tout va bieeeen, zeeen.

Ou pas.

 

Mince, quoi, une journée préparée depuis un an, et attendue depuis toujours (en fait, non, parce que j'ai jamais cru que j'allais me marier quand j'étais enfant ou ado).

Qui arrive.

 

Elle sera bien, puisqu'on sera entourés des gens qu'on aime. A qui on dira qu'on s'aime. Et qu'on les aime. Bref, j'arrête, la guimauve n'est autorisée que le jour J (dans 15 jours, donc) et pas avant, ni après. Sinon, gare à l'indigestion.

 

Mais quand même, je conseille au Futur de ne pas arriver 30 min en retard à la mairie, s'il ne veut pas trouver une Future en larmes et/ou prête à l'écharper vif. Voire ne pas la trouver du tout (mais ça, ça m'étonnerait, quand même, faut rentabiliser un minimum la robe, quoi)

Mais quand même, je suggère aux invités de me trouver super belle, même si mon sourire est crispé et ma robe mal choisie, et de remarquer les efforts en matière de déco des tables ( la trouver jolie sera un plus appréciable). Et d'être sincère, de préférence (d'en avoir l'air, du moins). Ah, et d'essayer d'être le plus discreto possible au moment du mitraillage photographique, sous peine de me voir disparaître au moins pour la durée du cocktail me cacher là où je pourrai, mais loin (des yeux et des objectifs, pas du coeur)

 

Ah, et ceux qui connaissent la danse du soleil et des températures douces (pas trop froides, mais pas trop chaudes non plus) sont invités à la faire aussi. Je saurai être généreuse.

 

Bande-son : Wise guys
Humeur : quoi, j'en demande beaucoup ? 

Repost 0