Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 11:32
A vous
Les déçus de 20six.
Les désespérés de leurs anciennes notes. Et de la présentation, aussi.
Les perdus des craschages de plateforme
les nostalgiques, tout simplement, du temps des bonbons virtuels

A vous
les habitués de la fausse manip (bon, au point d'effacer une page entière, il faudrait le vouloir, mais enfin)

A vous, dont la mémoire défaille
Qui ne savez plus très bien

Ce site est pour vous.
Rien que pour vous.

J'ai nommé internet Archives

Alors certes, seules les pages d'accueil ont été gardées (on n'a donc pas de lien vers les commentaires). Certes, en fait d'archives, elles sont très lacunaires (je sais pas pourquoi certains sites ont beaucoup plus d'archives que d'autres. Et il y a rarement 2009, mais c'est en partie expliqué dans la faq (qui est en anglais, et que je n'ai donc pas lue parce que je suis flemmarde)). Certes, du coup, c'est surtout frustrant.
(surtout, ne cherchez pas à retrouver un vieux forum, par exemple.)

Mais quand même. Rien que pour la petite émotion...
Zieutez-moi ça un peu

Humeur : comme quoi, des fois, les conférences professionelles, ça sert !
bande-son : lecture aléatoire. En l'occurence, c'est du saint-Saëns


Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 17:45
Dans l'enhousiasme général, je continue cette série photos.

Voici donc avril et son tapis bleu

P1060029.JPG

Mai, et son coucher de soleil pyramidal (mais non moins flamboyant)
P1060115.JPG


























Et pour juin, on retourne à Rome, ou à Ostia Antica, pour être plus précise.
Je crois que c'est un des lieux que j'aime le plus au monde( tant que ce n'est pas trop surpeuplé). C'est un Pompéi non triste, parce que les gens n'y sont pas morts, ils sont juste partis. Et c'est si calme, si apaisant...C'est l'exemple-même du parc-ruine, de la promenade chez les Romains antiques. Et y'a de bien belles mosaïques. Mais là, je préfère vous monter un exemple de sérénité en ce lieu.

P1060298.JPG
Repost 0
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 22:14
Bien, puisque la période des "bilans" et autres rétrospectives n'est pas encore terminée, je vous propose un petit jeu tout simple : un mois (de 2009), une photo. Ce n'est pas très compliqué.
Pour éviter les temps de chargements trop longs, je commencerai ce soir par seulement trois mois.
P1050769.JPGEt pour commencer, la logique ayant parfois un sens, janvier. En janvier dernier, nous avons fait une petite escapade d'une journée à Zurich. La ville m'a beaucoup plu, il est juste dommage que le froid ait été si mordant. Pour un peu, on se serait cru en Suisse.
Bref, parmi ce que je retiens le plus de cette journée, ce que j'ai le plus aimé, ce que j'ai trouvé le plus joli, ce sont ces flèches des églises. Je les trouve élancées, légères, aériennes. Belles. (mais j'étais trop fatiguée pour monter admirer la vue. Plaignez-moi, les gens)

De février, je vais surtout vous laisser un lien : vers les feux follets. Voilà, j'avais tout dit à l'époque, inutile de s'attarder d'avantage.

P1050961

Et enfin, mars : eh bien tout simplement mon quasi quotidien, Paris, et la passerelle Simone de Beauvoir. Encore un élément d'architecture que j'aime pour sa légèreté et son coté aérien (quand on passe dessus, elle tangue ! La petite nature que je suis a même failli avoir le mal de mer, une fois !). Comme quoi, on ne se refait pas...











Pour finir : bien sûr, je serai ravie d'admirer vos photos, s'il vous prenait l'envie de faire ce genre de rétrospectives sur vos blogs...

Repost 0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 12:23
Bon.
A part qu'il fait froid et que bonne année les gens, j'ai quand même pas grand chose à raconter, il faut bien le dire. Si vous êtes sages, et si je trouve le temps, je vous ferai une petite rétrospective maison en photos de mon année à moi. Vous serez bien avancés, mais bon.
En attendant, je vais vous montrer comme je suis culturée et tout : voici la suite tant attendue du fameux top 100 des livres les plus lus (en fait, ce sont ceux qui vous ont le plus influencés, cf ce lien )
Tadaa :

30. L'étranger d'Albert Camus. Un de ces livres dont, étonement, je ne me souviens (quasi) plus du contenu. Alors que l'incipit m'avait très fortement marquée. Tenez, même, j'en avais fait une note. Et je m'excuse pour la mise en page pourrie, partez remercier 20six, moi ,j'ai la flemme de tout refaire. (oui, je sais qu'on fête en ce moment le cinquantenaire de sa mort et qu"on" hésite à le transférer au panthéon)

31. L'écume des jours de Boris Vian. lu, mais pas aprécié plus que ça. Pas tout compris (c'est l'effet recherché, n'est-ce pas ?). on m'avait dit que c'était super beau et tout, mais ça doit être une beauté trop inaccessible pour moi.

32. Paroles de Jacques Prévert . Prévert, c'est celui que je cite toujours dans mes poètes préférés (sachant que je suis peu sensible à la poésie). Donc oui, j'aime beaucoup ce livre, même si ça fait longtemps que je ne l'ai pas repris.

33. L'alchimiste de Paulo Coelho Boarf, je l'avais lu il y a très longtemps, et assez aimé, en plus. mais j'étais jeune, hein. par contre, je n'en ai lu aucun autre du même auteur, parce qu'ils me sont tous tombés des mains au bout de quelques pages.

34. Les fables de Jean de La Fontaine Lu, même s'il doit bien m'en manquer une ou deux par ci par là.

35. Le parfum de Patrick Süskind Beaucoup aimé. Lu à l'époque de la sortie du film, film que je n'ai pas vu, d'ailleurs. Pis c'était un cadeau, et moi, j'aime bien les cadeaux:p

36. Les fleurs du mal de Charles Baudelaire. Je suis en pleine relecture. et je découvre de belles perles (oui, je sais, je débarque, mais bon). Et en particulier, qu'une phrase que j'adorais chez Queneau sans trop savoir pourquoi était une reprise un peu modifiée d'un vers de Baudelaire. Beau, le vers. Emotion émotion, comme quand, 10 ans après, on découvre une nouvelle blague dans Astérix (c'est exactement ça, en plus !)

 37. Vipère au poing d'Hervé Bazin Il était dans la bibliothèque de mes parents, mais je ne sais pas si je l'ai jamais lu. et si oui, il m'a laissé un souvenir au moins impérissable:p

 38. Belle du seigneur d'Albert Cohen pas lu, mais un jour, peut-être ? (j'avoue, j'ai la flemme pour le moment)

39. Le lion de Joseph Kessel . Lu. Aimé.

40. Huis clos de Jean-Paul Sartre. Lu. Beaucoup aimé. Mais j'étais ado, et j'aimais des trucs bizarres (faudrait que je le relise, tiens)(je dis ça parce que j'avais beaucoup aimé La Nausée, du même, et que c'est moins plus mieux bien que ce que 'avais pensé à l'époque. on vieillit, c'est horrible)

 41. Candide de Voltaire .
Lu au lycée. Oui, bah, je l'ai trop étudié pour pouvoir dire si j'aime ou pas. Mais il faut cultiver notre jardin. Les autres, on s'en fout, de toute façon, ils ne nous apportent que du mal.

42. Antigone de Jean Anouilh . Sais plus trop.

43. Les lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet. tiens, ça aussi, faudrait que je les relise. mais je me souviens des 3 messes basses, et, surtout , et, bien entendu, de la chêvre de M. seguin. Ah, pauvre chêvre de M Seguin ! J'avais une cassette où il était lu. "Ouh ouh, faisait le loup ; Reviens, reviens, faisait la corne " et Puis, évidemment "et au petit matin, le loup l'a mangea". bouuuh que c'est triiiste ! (mais bon, elle l'a cherché, aussi. c'est ça que d'être une petite huitre trop curieuse (ah non, pardon, je confonds))

44. Premier de cordée de Roger Frison-Roche aah, encore des souvenirs de collège...J'avais beaucoup aimé...et ça a inspiré une rédaction où j'avais eu une bonne note, en plus. un livre très important pour moi parce que ma mère l'avait beaucoup aimé avant moi, étant une amoureuse de la montagne.

45. Si c'est un homme de Primo Levi pas lu. Enfin, pas encore.

46. Les malheurs de Sophie de la comtesse de Ségur Hihi, oui, lu ! Même si je m'aperçois avec tristesse que là comme ça, je ne trouve pas d'anecdote à raconter. Tiens, y'a pas eu aussi un dessin-animé, fait sur ce livre ?

 47. Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne Si je l'ai lu, c'était contrainte et forcée. comme je l'ai dit, j'ai jamais trop été attirée par Jules Verne

48. Les fourmis de Bernard Werber J'avais beaucoup aimé, à l'époque, c'était pour moi aussi une petite révolution, ce bouquin (et la trilogie complète).Mais j'ai trop peur d'être déçue à relecture. Du même auteur, j'avais beaucoup aimé la trilogie des Thanatonautes. mais le retse  faisait un peu réchauffé, donc j'ai fini par abandonner.

49. La condition humaine d'André Malraux . lu, avec difficultés, et gardé très peu de souvenirs à part quelques citations. je crois surtout que j'ai rien compris, en fait (mais comme j'étais têtue, j'avais persisté à le finir malgré tout)


Et voilà ! Z'avez vu, j'ai été sympa, j'ai fait par 20, cette fois. Bon, y'en a encore autant à commenter, mais comme vous avez vu, j'y vais à mon rythme de sénatrice, hein :p
Dites, vous avez vu (je me répète, je sais) : j'en ai lu plein, en fait. Bon, il y en a plein aussi dont je ne garde aucun souvenirs, mais c'est pas grave, ça.

humeur : bibendum orange, bleu et même rouge. Oui oui, je sais, mais au moins, on ne dira pas que je n'essaie pas de donner de la couleur à l'hiver. Même si, je dois le reconnaître, il y a un beau ciel bleu à l'heure où je vous écris.
bande-son : Ponyo sur la falaise


Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 13:49
Je l'ai déjà dit, j'aime quand la réalité, soudain, s'aproche des expressions toutes faites que l'on apprend à l'école.

Ainsi, de la fameuse oxymore (oui, je sais, je m'la pète; déjà, j'ai sorti la métonymie dans une conversation, et elle a eu son petit effet. Double effet parce que la personne à qui je parlait connaissait aussi le mot Et le sens, et donc, on a pu se la péter à deux, et à deux, c'est mieux. bref )). Mais si, vous savez, la clarté obscure. Le truc débile sur lequel tu ne t'attardes pas parce que c'est assez obscur, justement. Poétique, certes, joli, absolument, mais éclairant, pas vraiment.
C'est même devenu une expression courante pour dire qu"on ne comprend rien à ce qui vient d'être dit : ah ça, pour être clair, c'est clair, c'est même clairement obscur", un truc du genre.

En fait, j'ai découvert que cette ignorance venait du fait que je n'étais qu'une bête citadine; une citadine qui, la nuit, dans la rue, est éclairée par les lampadaires, qui ne renvoient pas une obscure clarté, mais une clarté moche. Surtout s'ils sont jaunes. Mais là n'est pas la question.

L'été dernier, donc, alors que nous étions dans un patelin on ne peut plus paumé, sans aucune pollution lumineuse aux alentours, nous décidâmes d'aller observer les étoiles. Puisque nous sommes citadins et que cela ne nous est pas souvent possible, nous en avons profité. Et dénombré deux étoiles filantes au passage.

Bref, nous étions au milieu d'un champs quand soudain, je m'avisai d'ombres bizarres sur le sol. Je ne comprenais pas d'où elle venait. Ben oui, qui dit ombre, dit lumière et là, il faisait pleine nuit sans lampe dans les environs (non, même pas de lampe de poche, car comme dit ci-dessus, nous sommes citadins. Mais nous fûmes sauvés grâce à la lumière de nos écran de téléphones. Comme quoi...). Il faisait pleine nuit mais il ne faisait pas...nuit noire. Loin de là, même. La lune était pleine et dardait vers nous ses rayons étranges.

Pour la première fois (ben oui, bon, ça va), je pris conscience de ce que c'était que la lumière lunaire. Celle qui permet de voir presque "comme en plein jour", sauf qu'elle est toute bizarre-étrange, et assez flippante, il faut bien le dire. Cette lumière d'une couleur indéfinissable...voilà, je l'avais, mon obscure clarté. Et du même coup, je compris pourquoi les attaques de chateau devaient impérativement se faire pendant la nouvelle lune, ou à ciel couvert.

Et non, je n'ai pas de photo. Evidemment pas.
Déjà, prendre la lumière en photo, c'est pas évident, mais alors une lumière sombre, ne comptez pas sur moi.
Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 11:56
Fatiguée, crevée, ma tête ce matin ressemble un peu à ça


Entre Neuchatel et Zurich, janvier 2009 (photo prise du train, d'où les reflets)

Mais ce qu'il ne faut surtout pas oublier, c'est que malgré ce trajet aller dans le brouillard, nous avons eu une journée sous un soleil magnifique, même si le froid était mordant. Zurich est d'ailleurs une très belle ville, toute en flèches et en eaux brillant sous les froids feux du soleils
Donc voilà, petite Sel. Là pour le moment, c'est le brouillard, la lassitude, tu en as assez et ne veux plus te préocuper que de dormir.
La journée que tu prépares ne sera peut-être pas parfaite, ne serait-ce que parce que tu n'aimes guère être au centre des regards et faire la bise à des dizaines de gens que tu connais pas très bien, en plus.
Mais au final, tu seras contente d'y être allée, de t'être donné du mal (enfin, j'espère !), et il restera des chouettes souvenirs et de belles photos.
Et un livret de famille.

Ce n'est pas rien, tout ça.

PS : les catégories, c'est bien, mais pas idéal tout de même...je le savais, mais bon. Il y a plusieurs notes qui devraient aller à plusieurs endroits. La catégorie ego est surdéveloppée par rapports aux autres, mais ce n'est pas étonnant. Idem pour Rome, puisqu'une des idées à la base de ce blog était de partager mes impressions sur cette ville.
Une question pour les autres utilisateurs d'overblog : lorsqu'on clique sur la catégorie, on tombe sur les notes les plus anciennes. est-ce qu'il y a un moyen à votre connaissance de pouvoir tomber directement sur les plus récentes ? merci.

Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 11:32
Marcher sur un tapis moëlleux de feuilles automnales...Sentir sous ses pieds les dizaines et dizaines de couches successives, de rondes de saisons concentrées, de plus en plus concentrées jusqu'à la terre elle-même...
Fermer les yeux et écouter le bruit du vent dans les branches, faisant tomber les derniers vestiges de l'été...
Aspirer l'air plein d'odeurs d'humidité et de champignons.
Chercher les châtaignes dans leurs bogues vertes ou brunes, mais toujours sur la défensive

Je n'ai pas pu le faire cette année.
Mais j'y ai repensé devant le tapis que les platanes offraient à mes pas. Certes, on pouvait voir et sentir sous le tapis la dureté de l'asphalte. Mais enfin, l'idée était là...


Tapis feuillu sur le trottoir de la via Nicola Fabrizi, à Rome, l'autre jour

Et pourtant, lors de ces deux semaines, j'ai vu des personnes avec balais et souffleurs occupés à les ramasser, ces feuilles...Las, le surlendemain, il y en avait de nouveau autant. Pour mon plus grand plaisir, à condition qu'il ne pleuve pas et que le terrain ne devienne pas trop glissant...Mais il n'a pas plu, donc, tout fut bien.

Voilà, alors sinon, grande nouvelle : je me suis enfin décidée à faire des catégories. C'est surtout pour moi, pour m'aider à retrouver plus facilement certaines notes, mais si ça peut vous être utiles, allez-y. Je n'ai pas fini de classer les notes les plus anciennes, mais ça viendra, normalement. Il sera donc plus facile de retrouver "toutes les photos de Rome" ou "toutes les photos de Paris'". Félicitez-moi : j'ai fini par vaincre ma répugnance à faire pour un truc perso ce que je fais tous les jours au boulot. Et puis après tout, ce ne fut pas si difficile à faire, moins que ce que je pensais.
Et au passage, petit remerciement à Naline : c'est un peu grâce à son dernier commentaire et sa demande de "reportage" sur Rome que je me suis lancée...

Humeur : de retour ! Déjà ! Tout est dans le "déjà", c'est ce qui fit que ce fut un bon voyage, malgré le rhume.
bande-son : les travaux des voisins et les cliquetis des claviers.
Repost 0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 20:37
Voilà, je suis de nouveau à Rome.
Une fois de plus.
Mais je dois dire que quand je ne viens que pour 15 jours, comme c'est le cas maintenant, c'est effectivement agréable, et je n'ai pas de pincement au coeur quand les gens me disent que "j'ai vraiment de la chance" (c'est le cas, j'en ai)

Je suis de nouveau à Rome et, moi qui change de logement à chaque fois, je suis dans un appartement où j'avais déjà été il y a deux ans, et où j'étais restée six mois. Et où, donc, j'ai pas mal de souvenirs dans tous les sens.
Tenez, c'était à l'époque où j'avais reçu mon appareil photo numérique, celui que j'ai toujours et qui m'a vraiment ouvert un monde nouveau. Je faisais encore joujou et prenais un peu tout et n'importe quoi en photo. Surtout "tout", en fait. Et puis, j'avais plusieurs mois de "oh, ça, j'aimerai le prendre en photo" d'accumulé, donc ça me faisait plein d'idées. Un peu comme on ouvre un blog, tiens. Maintenant, photos comme blogs s'essouflent un peu...C'est ainsi...Il reste quand même des mots et des images, et ce n'est pas rien.

Regardez ce que je prenais alors depuis ma fenêtre.

C'était en avril et c'était vers 18h. En ces jours de novembre, à 18h, il fait nuit noire, et je n'aurai donc pas de photos à vous offrir. Quoique, il faudrait que je regarde demain matin. A priori, les arbres sont toujours là...(les immeubles aussi:p)

bande-son : les voisines, qui utilisent skype. Elles ont pas le doit, y'a que moi qui ai le droit, c'est la même sonnerie, j'ai mis 5 minutes à comprendre que c'était pas moi qu'on appelait...Oui oui, genre, je suis très malheureuse et personne ne m'aime. Plaignez-moi, les gens.

Humeur : novembre ou pas novembre, il fait peut-être nuit tôt, mais je dois recoannître qu'il fait chaud. D'après l'affichage de la pharmacie (vers 18h, justement...) il faisait 19 degrés, tout à l'heure. Et il y a du soleil (enfin, quand il ne fait pas nuit). Je mange dehors et attention, je recherche l'ombre (alors qu'à Paris, je pouvais parfois manger dehors il y a quelques semaines, mais c'était en plein soleil, à la recherche de la moindre parcelle de chaleur...)Non non, ne me remerciez pas, c'est tout naturel (et puis, dites-vous que je vais d'autant plus morfler quand je vais retrouver le froid et la grisaille parisienne...)
Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 11:58
Il y a des moments où il faut bien finir par se faire une raison. Accepter certaines évidences.

Que serais-je sans moi ? demandait récemment une blogueuse.

Eh bien sans moi, pour commencer, mon appart serait plus beau et mieux rangé.

Chaque fois que je vais chez une copine, c'est la même chose : mais comment fait-elle pour que rien ne traîne ni ne dépasse ? il y a un ou deux éléments de déco qui rendent la pièce originale, un tableau ou un abat-jour. Il n'y a évidemment jamais le moindre grain de poussière (mais ça, je sais que c'est parce que j'ai prévenu à l'avance que je venais, je suis pas complètement naïve non plus:p)

Chez moi, c'est jamais rangé et même quand je range, j'ai l'impression que ça dépasse et déborde de partout. Les livres, les bibelots, l'électro ménager, les papiers...mais ils font comment, les gens ?
Ne me dites pas qu'ils ont de plus grands apparts : je sais pertinamment que le jour où j'aurai un plus grand appart, j'aurai aussi plus d'objets. Et même avant d'avoir rempli les placards, ce sera en désordre, parce qu'il y en aura la moitié en carton, pour un an ou deux en cartons en attendant le courage de trouver une place à toutes ces choses.

Et pourtant, ces choses, elles ne m'encombrent pas comme on pourrait le croire, non. Elles me sont utiles assez souvent, et me rassurent, aussi. Peut-être une bête peur du vide à combler (en ce qui concerne les livres, c'est clairement une peur de l'angoisse : c'était déprimant lorsque, étudiante, je n'avais qu'un livre ou deux près de moi. J'avais toujours peur de les finir et de me retrouver à court de lecture. Ce qui ne risque pas de m'arriver aujourd'hui). Mais que celui qui n'a jamais eu une angoisse à combler et blabla.

Quand à la déco, c'est pas mon truc. Déjà, j'ai la flemme. Ensuite, je n'ai pas l'oeil. Et enfin, il me faut tellement longtemps pour me décider que je ne fais jamais. Pourtant, ce serait simple de simplement (Sel, ou "les mots pour le dire"), imprimer une photo et la mettre dans un cadre ! Même l'accrocher au mur, je devrai en être capable? Mais non, même ça, je ne le fais pas.


Mais bon, je peux tout de même être contente parce que (grâce à ma soeur qui me les a offert, merci soeurette) j'ai une jolie lampe et un joli porte bougies qui peuvent donner une ambiance assez intimiste à la pièce. Et ça, j'aime. Et j'ai aimé qu'une invité trouve en entrant que c'était tout à fait ce qu'ele aimait.

Alors oui, il y a les bouquins, les cds et la boîte à bonbons qui déborde (j'en achète plus que je n'en consomme, c'est comme ça)(et puis, il y a ceux que j'aime moins et qui traînent, certes)
Oui, la propreté n'est pas au top, sauf quand des invités s'annoncent (et encore)
Mais bon, j'ai quand même de quoi créer des ambiances sympas à l'aide de lumières (on ne se refait pas) et c'est toujours ça de pris

Et surtout, c'est vraiment chez moi, je m'y sens bien, même si tous les défauts de cet appartement commencent un peu à m'exaspérer. J'y suis à l'aise. Et voilà qui n'était pas donné à la base. Comme pour beaucoup, la fin de mes années étudiantes et le début de mes années professionelles ont été marquées par cette perte de "chez moi". Et puis, il n'était pas évident de savoir faire se confondre ce chez moi et ce chez nous dans un seul appartement. Et finalement, cela se passe tout naturellement, sans y penser vraiment.


N'empêche, elles me font envie, les copines, avec leurs appartements tout bien rangés.
Encore un aspect de moi qu'il va bien me falloir finir par accepter...

Bande-son : Jean Ferrat, bien sûr
Humeur : va bien falloir s'y mettre, à cette valise.
Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 21:07
Bon, ma foi, je continue sur ma lancée...

Je suis le lion, le gardien de la place et de l'empereur.
Si vous saviez tout ce que j'ai vu ! Vous n'imagninez pas depuis combien de temps je suis là, à garder cette maudite place. Oui, maudite ! Regardez mes cicatrices ! Ah ça, j'ai vécu, j'ai donné de ma personne ! Mais l'empereur est content de moi. La preuve ? Ben, il me garde ici, pardi !
Comment ça, quel empereur ? Laissez-moi rire ! Il ne sait pas qui est l'empereur ! J'ai bien envie de vous laisser passer rien que pour que vous puissiez vous mesurer à lui. Oui, vous mesurer, car il est immense ! Vous serez un nain, pour lui, et il pourrait, s'il le voulait, vous écraser du bout du pied. Mais il ne le voudra pas. C'est un sage, vous savez. Un philosophe. Il paraît qu'il a dit et écrit de grandes choses. Moi, je ne suis qu'un lion, je ne peux pas juger. Mais si on le dit, ça ne peut être que vrai. D'ailleurs, c'est un si grand empereur, il a tenu le coup depuis si longtemps, cela ne m'étonnerait pas !
Et son cheval ! Ah, ça, c'est une belle bête. D'ailleurs, il le sait. Le cheval. C'est aussi pour cela qu'on l'a choisit.
Moi, je fais le boulot ingrat. Je monte la garde et personne ne me regarde. Peut-être justement à cause de toutes ces coutures ? Mais je suis fort, au moins. Vous voulez essayer un peu, pour voir ?
Ah ah, vous reculez? Vous avez peur ? Mais cher ami, ce sera bien pire devant l'empereur !

Il y a aussi sa louve aprivoisée. Enfin, elle, elle est un peu derrière. Oui oui, il l'aime beaucoup. On dit que c'est elle qui a nourri ses parents. Moi, je demande à voir. C'est vrai qu'elle est vieille, cette pauvre louve, mais tout de même !
Remarquez, je ne suis pas tout jeune, moi non plus.
Non, plus tout jeune.
Mais je ne peux pas prendre ma retraite ! D'ailleurs, je ne veux pas. C'est une chance que nous avons, dans cette Ville. On ne jette pas les vieux lions au placard. Non, on les garde, malgré leurs cicatrices et leurs coutures.


Photo prise en mars 2007, je vous laisse deviner où (allez, c'est facile !)

humeur : ça va. Un peu douce amère parfois, mais c'est assez habituel chez moi.
bande-son : Benabar, Allez
Repost 0