Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:38

...

 

Ah ah, je vous ai eu, hein ?? Vous croyez vraiment que le net va se débrrasser de moi, après  ces presque 10 années dont au moins 4 au rythme fabuleux de deux posts par an ? C'est mal me connaître, tout de même...

He, quoi, vous vous en foutez, après tout ce temps ? Pff. Bon, déjà, je vais vous demander de rester polis, et on ne dit pas "foutez". C'est vous le fou, et toc.

En résumé, et avec l'optimisme qui me caractérise, je me lance sur une nouvelle page, qui sera comme ici mais en mieux, bien évidemment. Et j'espère (sans oser le promettre) plus fournie et plus souvent mise à jour.

 

ça se passe là-bas, donc ! (je vous mets même le lien en clair, c'est dire si je suis sympa !

 http://bleuclairfonce.wordpress.com ) A tout de suite !

Repost 0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 19:17

Le teasing de la mort...

 

J'avais promis des coulées de lave...Mais ce sera pour une autre fois !

 

Là tout de suite, j'avais plutôt envie de partager cette photo, qui correspond assez à mon humeur :

P1000877.JPG

Des nuages bas et lourds, un horizon qui semble un peu bloqué par les montagnes, et un petit cours d'eau qui part au loin, comme la promesse d'un ailleurs...En l'occurence de vacances dont j'ai bien besoin ! ça tombe bien, elles arrivent, mais pas assez vite à mon goût...Et pourtant déjà trop rapidement (oui, il y a une échéance guère plaisante avant).

De toute façon, comme je dis toujours, qu'on le craigne ou non, qu'il nous semble long ou rapide, le temps finit toujours par passer et le futur par arriver...

 

Voilà, donc, dans un film, voilà le paysage dans lequel je me promènerais pour qu'il reflète mon "moi intérieur dedans". Sauf qu'on n'est pas dans un film, que je suis en Italie, qu'il fait un soleil que je suppose écrasant, mais que je ne vois que 5 minutes par jour en entrant et sortant du bureau.

Et en plus, ils prévoient de la pluie pour ce we, quand enfin, je pourrai en sortir, de ce maudit bureau. 

Mais à part une irrésistible envie de me plaindre ce soir (d'où la note), tout va bien !

 

Sinon, on ne dirait pas, comme ça, mais la photo a été prise tout près du bord de la mer.

 

Repost 0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 09:58

...Tout arrive !

Mouarf, la dernière fois que je vous ai parlé d'Islande, c'était en juillet 2012...Pourtant, il m'en reste, des photos ! 

Alors, soyons fous : petite virée du coté du grand nord ? Histoire d'être en adéquation avec les températures de cette semaine...

 

P1000785

Et voici donc, mal cadrée, mais sympathique tout de même, une maisonette (abandonnée, je crois, ou alors, c'est juste une grange, la maison d'à coté semblant en bien meilleur état)(l'herbe sur le toit et le coté semi-enterré est normal, par contre, c'est traditionel, tout ça)) sur fond de cascade...(souvenez-vous, les cascades, c'est le platane islandais, il y en a partout ! (Bon, j'exagère peut-être un poil, là:p))

(la voici ci-dessous dans on environement )

P1000782.JPG

(super, j'ai retrouvé mon goût pour les parenthèses, on dirait. Il parait que c'est signe d'intelligence. Si si !:p)

 

Allez, et en preview de la prochaine fois (histoire de m'obliger à ce qu'il y ait une prochaine fois) : les coulées de lave. Probablement une des choses les plus marquantes de l'Islande, à mon avis. En tous cas, c'est un paysage bien particulier.

P1000930.JPG

Attention, on entre dans un autre monde !

(la coulée de lave, c'est ce qui est noir-vert, on voit bien que le truc a recouvert la terre normale dessous ! On dirait que c'était hier. D'ailleurs, d'un point de vue géologique, c'était hier, l'Islande étant une adolescente à peine sortie de l'enfance !)

 

PS : pour voir (ou revoir...;)) les autres notes sur l'Islande, il suffit de cliquer sur la catégorie "autres destinations"

Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 21:00

Bon, je crois qu'il faut se rendre à l'évidence, plus d'un an plus tard : je ne terminerai probablement pas le récit islandais en racontant les étapes une à une. D'autant plus que, pour mon plus grand regret, nous n'avons pas tenu de journal, et c'est donc un peu difficile de retrouver tous les détails (enfin, non, je me souviens de plein d'entre eux, mais pas forcemment dans le bon ordre chronologique)

 

Mais cela ne m'empêchera pas de continuer à partager quelques photos ! Il y en a encore quelques unes que j'aimerais  montrer.

 

Celle-ci étant la preuve de la véracité du  proverbe islandais "si tu n'aimes pas le temps qu'il fait, attends 5 minutes".

P1000828.JPG

Donc, sur cette photo, on a droit au nuage bien bas, à la pluie (une belle pluie bien drue) à gauche, et au vague soleil au fond. Nous nous sommes arrêtés dans le coin pour déjeuner  de notre éternel (enfin, cette semaine là) sandwich au pain noir. (Désolée, amis islandais de passage peut-être sur ces pages : je n'ai pas vraiment eu l'occasion de goûter votre gastronomie, et les repas ne sont pas mon meilleur souvenir (c'est pas grave, parce que par contre, j'en ai pris plein la vue niveau paysages, ce qui était le but de base, tout de même))

Le temps, donc, est assez changeant, le vent et la température le sont aussi. Mais il faut reconnaître que nous avons fait pas mal de kilomètres, ce qui fausse peut-être un peu les choses : évidemment, si on faisait un axe Lille-Montpellier en une semaine, on trouverait aussi le temps en France "changeant" ! (surtout en ce moment....)

Sur cette photo ceci dit, c'est bien une question de quelques mètres/minutes !

L'histoire ne dit pas si nous nous sommes pris la saucée ce jour-là.

Repost 0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 17:22

Eh oui, comme quoi, tout arrive, voici enfin sous vos yeux ébahis la suite des photos de notre voyage en Islande !

Pour mémoire, c'était en mai 2011, et vous avez déjà eu droit à Thingvellir, Geysir, Gulfoss, une première cascade et des trous de hobbits de moutons.

 

Je vous rappelle le contexte : un petit volcan avait montré sa mauvaise humeur le jour de notre départ, nous obligeant à refaire notre itinéraire. Nous avons donc longé la cote sud (censée être la plus chaude du pays, mais malheureusement, c'est aussi la plus humide, avec un taux d'hygrométrie défiant toute concurence), puis, sommes retournés sur nos pas. Pas où se trouvaient, oh surprise, une cascade ! (mais une autre)

 

P1000557.JPG

Skogafoss

 

P1000561

C'est un peu haut

 

P1000566.JPG

Et manifestement tout à fait accueillant pour les mouettes.

 

Comme Obélix devant le Sphinx, nous avons pensé qu'il devait y avoir une belle vue de là haut. C'était évidemment le cas.

P1000584.JPG

 

P1000605-copie-1.JPG

Le Sphinx y avait perdu son nez,  C. y perdit sa chaussure, victime de son âge avancé (mais je vous rassure, nous en avions une autre paire, bien que moins adaptée au terrain, dans la voiture)

 

Sur ce, redescente et en route pour la suite des aventures !

 

PS : malgré ces mois de silence, je vais bien.j'ai juste pris la facheuse tendance à me vautrer avec un bouquin ou devant la télé en rentrant le soir, au lieu de venir studieusement rédiger des notes.

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 19:49

Retour sur notre semaine islandaise de fin mai.

Je vous montrais la dernière fois la cascade

Mais ce qui reste toujours très étonnant en Islande, c'est que, du moins quand on est proche de la cote, on a toujours d'un coté des montagnes et de l'autre...le plat. Le vrai plat, peut-être bien pire que celui du pays  qui était le sien (quoi que, car c'est un pays que je connais assez mal, donc je ne peux pas trop comparer)

 

P1000528.JPG

(Admirez la petite maison au milieu, on dirait qu'elle est là exprès pour accentuer cette impression de plat et de vide plus ou moins désertique)

Mais quittons à présent la cascade (nous en verrons bien d'autres), et approchons nous du coin le plus pluvieux de l'Islande, le coin le plus méridional, aussi (j'avais envie d'y aller, et pourtant, je m'attendais à quoi, à des palmiers ? Et bien surprise, il n'y en a pas !) : admirez la couleur de l'herbe ! Ici batifolent les moutons dans des anciennes fermes aux toits de tourbe.P1000530.JPG

P1000536.JPG

N'est-ce pas que cela fait trou de hobbit ?

P1000543.JPG

 

Oh, un champ de pissenlits ! (désolée, j'ai vu tellement peu de fleurs pendant cette semaine-là, alors qu'on était en plein printemps par chez nous, que quand j'en voyais une, c'était la fête. Alors un champ, même de pissenlits !)

P1000547.JPG

Dans le coin, nous avons mangé une soupe à la tomate plutôt bonne, avec de la crème très bonne, même (surtout qu'en théorie, je n'aime pas trop ça). Une des versions du fameux skyr islandais. Dommage, je n'avais pas très faim, car le petit-dej' ce matin là avait été assez pantagruélique (et bon)

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 22:59

Mais assez de digressions italiennes, et retrouvons notre île glacée là où nous l'avions laissée, à savoir, sous les toits rouges, en route vers le grand sud.

Or donc, il y eu un soir, même si le soleil ne se couchait qu’à 2-3h (enfin, il parait, puisque comme je le disais, je ne suis pas allée vérifier), il y eu un matin, et ce fut le deuxième jour.

Nous reprîmes donc la route, une route qui semble un peu aller de nulle part à nulle part, une route pleine brume, une brume elle-même pleine de montagnes (attention à ne pas se cogner !).

P1000485

P1000489

(admirez le vert du sol ! On arrive dans les verts paturages du sud !) (Par ailleurs, n'est-ce pas romantique, ces ombres dans la brume ?)


 Brumes dont émergent peu à peu…un désert de cailloux (une autre spécialité islandaise, ça, après le désert moussu), puis…Oh, des cascades !

P1000500

P1000496

P1000503

 

 Ce que nous ne savions pas encore, c’est qu’en Islande, il y a quasi autant de cascades que de moutons, ce qui n’est pas peu dire (bon, ok, j’exagère. Mais bon, prenez des montagnes, prenez des glaciers qui fondent, et vous aurez vite un bon lot de cascades). Celle-ci n’était pas indiquée dans le guide, alors nous avons fait genre « nous sommes de grands aventuriers » et sommes allés la voir (ce qui n'impliquait quasiment pas de détour, elle est tout près de la route)(d'ailleurs, en fait, cette cascade doit être connue quand même, car il y avait d’autres personnes pour la visiter, et des aménagements, sentiers, etc)

 

On pouvait même passer se faire tremper derrière le rideau d’eau. Nous ne sommes pas mécontents d’avoir pris nos K-way. Ce jour-là, il faisait moins froid que la veille, et surtout, il y avait beaucoup moins de vent, mais tout de même (je ne quitterai la chapka que l’avant-dernier jour, de toute façon)

Ici interviennent aussi mes premiers déboires de carte SD : eh oui, nous sommes au début du 2ejour, et j’ai déjà fini ma première carte…et je n’ai pas voulu me charger d’un pc pour ce voyage, ce qui, de ce point de vue, fut une erreur. Bref. J’avais heureusement prévu une 2e carte, mais de faible capacité, et vu le temps que m’a fait la première, j’envisage déjà d’en acheter une 3e. Mais nous n’en sommes pas encore là : admirons donc la cascade, elle le mérite.

P1000518.JPG

P1000520

P1000525

P1000527



 

 


Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 18:34

Après ce petit intermède à odeur de soufre,  reprise encore de la voiture (on conduira beaucoup : en 5 jours, on fera en tout plus de 1000 km…je sais, c’est pas très écolo, tout ça, mais c’est que c’est grand, l’Islande ! Je crois que de plus en plus, sont organisés des tours à dos de chevaux : ils en ont à ne savoir qu’en faire, des chevaux, et c’est tout de même moins polluant. En plus, pas besoin de route goudronnée pour les faire se déplacer ! En effet, à part la fameuse route 1, qui fait le tour de l’île et qui est carrossable sur son ensemble, je crois, la plupart des routes internes sont, elles, encore sous forme de gravier. D’ailleurs, il est interdit d’aller dans le centre de l’île avec un véhicule autre qu’un gros 4X4, à cause aussi des nombreux gués à traverser.). Je disais quoi ? Ah oui, nous revoici donc sur la route. Direction, les chutes d’eau de Gulfoss, « la chute d’or ». Pour des raisons de froid et de carte SD facétieuse (de toute façon, le voyage sera rythmé par mes problèmes de carte SD, avec un pic vers la milieu du voyage, lorsque je me suis aperçue que la carte achetée en dépannage dans une station service ne fonctionnait pas…), je n’ai pas beaucoup de photos, mais assez pour donner une idée de ce dont il s’agit.

 

P1000450.JPG

P1000453.JPG

(celle-ci pour vous donner une idée de la taille de ce petit court d'eau)

 

Après avoir bien admiré cette chute, nous sommes à présent près à rejoindre notre lieu d’hébergement, plus au sud de l’île. Cette journée aura marqué notre avancée la plus grande à l’intérieur des terres. Il faut dire que c’est le seul endroit où cet intérieur n’est pas en haut de la montagne, et donc, inaccessible avec notre véhicule « de tourisme ». Hébergement que nous trouverons sans trop d’encombres, non sans avoir tourné un peu quand même pour la forme, car le plan qui était fourni n’était pas des plus précis. Il y avait bien une photo de la ferme recherchée, avec un toit rouge. Evidemment, toutes les baraques du coin avaient un toit rouge…

P1000484.JPG

Les fameux toits rouges

 

P1000479.JPG

Les toits rouges élèvent des chevaux, comme à peu près la moitié de la population islandaise (l'autre moitié élevant des moutons). Remarquez derrière les chevaux les "mottes", très caractéristiques (il me semble que c'est dû à la mousse, à l'origine de toute végétation dans le coin, mais je ne sais pas)

Nous fûmes bien reçus dans cette ferme (comme partout, mais là, nous avions salle de bain particulière, ce qui est bien agréable), qui en plus, proposait au petit-déjeuner pains et gateaux maisons des plus agréables.

Ah oui ! Et donc, le jour éternel ? Et bien ma foi, je suis déçue par le jour éternel. parce que jour éternel (pas tout à fait, il faiut y aller vraiment fin juin pour que ce soit le cas), il est maussade et grisâtre, et n'a donc pas trop d'intérêt, à part le fait de ne pas craindre de risquer d'arriver de nuit le soir. Par contre, ça gêne un peu l'endormissement : je ne sais pas, le jour qui décline, ça pousse à suivre le même exemple. Donc pas d'exemple, pas d'envie de dormir ! Mais grâce à ma grande ruse, j'ai trouvé la solution : fermer les volets 10 minutes avant le moment voulu, et lire à la lumière électrique (même s'il y a encore de la lumière naturelle). Et hop, cerveau croire que soleil être couché et cerveau avoir envie de dormir du coup ! Mais ce qui est aussi désagréable avec cela (l'absence de nuit), c'est qu'en cas d'insomnie, aucun moyen de savoir quelle heure il est, même aproximativement, à l'aide de la luminosité...(mais ça, c'est le cas aussi dans nos contrées en hivers)

Et on m'avait vanté la lumière islandaise, j'ai été plutôt déçue par cela, étant donné qu'il n'a fait beau aucun soir, ni aucun matin...ce qui ne m'a pas poussée à essayer de me lever en "pleine nuit" pour voir un peu tout ça...Ce fut sans doute un tort, parce qu'on a pu apercevoir un beau lever de soleil, le dernier matin..à l'aéroport (grr)

Et je ne sais pas pour la lumière, mais l'air est effectivement particulièrement pur. Je ne m'en suis vraiment rendue compte qu'en rentrant à Paris, dans son superbe nuage de pollution...(en plus, il faisait beau, à notre retour, donc nuage d'autant plus sensible). Cet air pur se "voit" aussi sur certaines photos, quand les nuages daignent laisser un peu de place.

Humeur : certes, on l'a attendue, la pluie, et donc, contents qu'elle arrive...Mais là, ce week-end, j'aimerai bien qu'il fasse beau, au moins dans le nord de l'Italie ! (oui, c'est un mois de juin "voyage", je le reconnais. C'est pas de ma faute, c'est pour le boulot, na !)



Repost 0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 13:25

 

A une grosse cinquantaine de kilomètres de là (plus 100 que 50, en fait, ce qui nous poussa à faire la pause pique-nique quelque part entre les deux), se trouvent donc des sources chaudes, celles où jaillissait autrefois Geysir, aujourd’hui endormi à cause des graviers jetés dedans par les gens pour en raviver l’activité (ça a super bien marché, donc). Mais son petit voisin le Strokkur, lui, est toujours actif, et ce, toutes les 10-20 minutes. Même s’il ne fait « que » 20 mètres de haut, c’est impressionnant tout de même ! Il vaut mieux ne pas être du mauvais côté du vent quand il jaillit…

P1000420

Fumeroles sur le Strokkur : l'eau doit être bien chaude ! Quand on pense qu'il fait si froid là où on marche...

P1000421

P1000422

 


 

A cet endroit, il y a aussi des mares d’eau bouillonnantes, et tout le reste. Une forte odeur d’œuf pourri de souffre règne sur tout l’endroit. A ce propos, les Islandais ont eu l’excellente idée d’utiliser la géothermie pour le chauffage et pour l’eau chaude. Grâce à cela, le chauffage a un coût de revient relativement bas (enfin, à ce qu’il parait, je n’ai pas demandé les prix pour comparer !). Le seul défaut de ce système, c’est justement l’odeur un peu particulière qui envahit les salles de bain à l’heure de la douche…Un peu déstabilisant au début quand même. Au début, je me suis dit que les enseignes du type Y. Caillou devaient faire fortune dans le coin, et puis après tout, le mélange des odeurs ne serait pas forcement si heureux. Bref.

 P1000382

Marmite bouillonante

P1000392

Admirez la couleur de l'eau ! Je n'ai rien modifié ! Mais j'avoue avoir eu du mal à croire que c'était naturel.

 

Nota : j'ai oublié de préciser que toutes ces photos super bien (celles de Geysir, et celles de Gulfoss qui vont suivre dans le prochain épisode)) sont de C., car à ce stade, il faisait bien trop froid pour que je mette mes mimimes hors des gants. Je n'ai donc pris moi-même que quelques prises de vues.


Repost 0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 19:56

P1000301

A  l’aéroport d’arrivée, je dois reconnaître que tout s’est très bien déroulé, nous avons pu récupérer nos bagages rapidement et retrouver le loueur de voitures chez qui nous avions réservé. Notre première sortie à l’air libre nous révèla un scoop : en Islande, il y a du vent, et il fait super froid. (à mon avis, il ne faisait pas plus de 3 degrés ce soir là. On a beau s’y attendre, quand on vient d’un endroit où il devait faire quelques 20 degrés, cela fait un petit choc, même en ayant prévu la veste dans le sac à dos)

Tant bien que mal, et malgré la fatigue, nous rejoignons Reykjavik en voiture. Pour cela, il faut traverser des terres assez désolées, des grandes plaines de cailloux, qui, sous les nuages, paraissent d’autant plus glauques (plus tard, nous saurons le pourquoi du comment, mais en attendant, ça fait une bienvenue assez tristoune). Il est 23h à Paris, 21h sur place, et après une petite heure de route, nous atteignons la ville. Nous trouvons sans encombre majeur l’endroit où nous allons dormir, qui a eu la bonne idée d’être située près d’une église difficile à rater à cause de son très haut clocher.

Nous ouvrons la porte de la chambre proprement dite, et là, miracle : c’est super bien chauffé. En fait, c’est un simple studio assez petit, mais après nos péripéties, cela nous semble un palace. Un palace chauffé (oui, je sais, j’insiste un peu. Mais je dois reconnaître une chose : toutes les maisons où nous avons dormi étaient très bien isolées, et très bien chauffées. Et ça, c’est vraiment super cool chouette. Bref)

 

L’avantage du décalage horaire, c’est que (au moins la première nuit), on peut faire genre je me lève à 7h (heure locale), alors « qu’en vrai », il est 9 h (heure de Paris, et heure de notre métabolisme à ce moment là).

Le lendemain, petit déjeuner tout à fait honorable, et en fait, très semblable à tous ceux qui suivront (de toute façon, tant qu’il y a du café, du pain et de la confiture, cela me va, et en plus, elle était souvent faite maison, donc, c’était cool). D’autant plus bienvenu que la veille, nous n’avions mangé que deux pauvres sandwiches pas terribles, l’un à l’aéroport vers midi, et l’autre dans l’avion le soir.

 

Ensuite, après un tout petit détour en ville pour photographier l’église en question et s’acheter de quoi manger à midi, nous voici donc en route pour notre première destination : Þingvellir. A prononcer à l’islandaise « thingvetlir » .

 Pour ce faire, nous devons traverser une réserve naturelle. Comprenez, une plaine battue par les vents, sans habitations, bien sûr, et sans le moindre arbre.

 

P1000264


Il faut savoir une chose : lorsque les premiers vikings sont débarqués en Islande, venus de Norvège, il y avait apparemment une végétation relativement importante sur l’île, composée essentiellement d’arbustes, mais aussi d’arbres. Mais au fil des siècles, les habitants ont beaucoup utilisé le bois, en particulier pour le brûler et pour faire des pâturages pour les moutons, et l’île a perdu peu à peu toute végétation autre que l’herbe et la mousse. Aujourd’hui toutefois, des tentatives de reforestations existent, et semblent relativement bien marcher.

Bref, toujours est-il que la majorité du pays à cet endroit là, c’est une sorte de désert ventu. Très ventu. Au point qu’il est difficile de faire un pas dehors sans être aussitôt déporté par une rafale.

Et toujours, où qu’on soit en Islande, il y a au loin des montagnes (à moins d’être déjà dessus, bien entendu)

Ici donc, nous voici sur la route entre Reykjavik et Þingvellir

P1000274

 Admirez-donc le ciel bleu ! Le problème, c’est que ce qu’on ne voit pas sur la photo, c’est le vent à décorner les bœufs dont je vous parlais, ainsi que le froid. Du coup, j’avoue avoir moins profité du lieu que je ne l’aurai voulu. Mais c’était beau.

 

Bref. Mais donc, qu’est-ce que ce fameux Þingvellir ?

Tout d’abord, c’est un site historique : il s’agit du lieu où se réunit depuis le début l’althing, le « parlement » islandais. Avec le vent qu’il y avait, on imagine mal là l’implantation de tentes et des discours devant des milliers de personnes, mais après tout, ils sont forts, ces vikings, alors pourquoi pas !

L’autre particularité de ce lieu est d’être situé en plein sur la faille qui sépare la plaque européenne de la plaque américaine.

La dernière, plus classique, est d'être situé tout près d'un des plus grands lacs de l'île.


P1000314

P1000323

D'un coté l'Europe, de l'autre l'Amérique !

 

Ensuite, reprise de la voiture direction Geysir !

 

Humeur : c'était chouette, tout ça, mais y'a pas à dire, le bocage normand où je me trouve actuellement, c'est pas mal aussi ! 

Repost 0