Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 19:34

En novembre 2010, donc, nous nous étions offert un week-end à Venise. J'en avais déjà parlé, mais en voici une photo supplémentaire.

P1100132.JPG

Parce que s'il est vrai que ce qui fait Venise, ce sont les petites rues/les canaux, l'atmosphère (une ville entière sans voitures ! Certes, il y a des bâteaux motorisés, mais beaucoup moins que de voitures dans une ville classique), et les pâtes à l'astice (autrement dit en langue vulgaire, au homard. Je n'en ai jamais mangé que là, mais alors, quel régal !) ; bref, s'il est vrai que Venise, c'est tout ça, il ne faudrait pas à force négliger les classiques comme le palais des doges, qui est une merveille. Veillé par la silhouette du lion ailé (et des mouettes, même si on ne les voit pas sur la photo), il a quand même de l'allure, dans son rose tout doux (alors que les doges n'étaient pas des tendres, je sais !), non ? Et devant lui, les éternelles gondoles gondolent...

(Eh non, après tout ce temps, je ne suis pas guérie des phrases de 10 lignes pleines de parenthèses. On ne se refait pas !)

Repost 0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 13:43

Et donc, tout-à-l'heure, je suis repassée devant ce balcon

Il n'a pas changé, toujours plein de bouquins. D'ailleurs, non, il me semble qu'il y en avait moins que sur la photo, mais bon.

Bref, première chose que je me suis dit, c'est bon sang, il doit etre sympa, quand meme, cet appart (la grande valeur ajoutée étant qu'il est à deux pas de là où je bosse quand je suis à Rome, mais bon, passons).

Mais là où on voit que je suis désormais une femme installée (dans un appartement à baies vitrées, en plus) et non dans des colocations ou foyers d'étudiants, c'est que ma deuxième pensée a été "mais bon sang, ça doit etre super chiant à nettoyer."

 

Voilà, c'était les importantes réflexions de Sel, vous pouvez maintenant reprendre une activité normale.

 

P1020755.JPG

ça, c'est la Villa Sciara, où c'que j'ai mangé ce midi. Bon, la photo date de 2007, mais ça n'a guère changé depuis, à part que les palmiers ont peut-être poussé...(j'ai pas fait attention, à vrai dire) Et je confirme, c'est un mlieu tout à fait agréable pour déjeuner. D'autant que, inovation importante, ils ont enfin mis des poubelles couvertes en dur. Certes, ça n'a l'air de rien, et ce n'est pas très antipirate, tout ça, mais c'est très antimouche et antipigeons, et ça, c'est pas mal du tout !

Repost 0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 19:08

Petite pause dans le récit islandais parce que la semaine dernière, j'étais en Italie. A Trento, pour être exacte.

Ce que je vais dire est banal, mais aller dans un endroit quasi désertique permet de remettre un peu en place des choses qui nous semblaient banales.

Par exemple, la végétation. Les montagnes restent les montagnes, elles ont des formes similaires, mais sur certaines, il y a des arbres, et sur les autres, non. Et en fait, c'est évidemment une sacré différence. En regardant à travers la vitre du train, je me souviens m'être surprise à penser "bon sang, quelle végétation luxuriante!" Alors que si j'étais venue l'année dernière, j'aurai certes trouvé ça très beau (les lauriers étaient en fleurs, c'était magnifique), mais enfin, somme toutes assez normal : c'est l'Italie.

 

P1010547.JPG

Voilà ce qu'on pouvait voir depuis la fenêtre de ce qui fut mon bureau pendant deux jours...Grue comprise : Trente est une toute petite ville (et tout à fait mignonne, franchement, j'ai été agréablement surprise), mais avec des grues à tous les coins de ciel. 

 

Humeur : au fait, j'oubliai...Ce blog a six ans aujourd'hui (en comptant l'ancien sur 20six) ! C'est fou, non ? ça me semble à la fois si énorme et puis finalement, pas tant que ça...je ne sais pas si j'aurai été étonnée à l'époque de savoir que six ans plus tard, je causerai encore dans la petite fenêtre...Par contre, j'aurai été incapable de dire ce que je serai (suis) devenue, ça, c'est sûr. Que j'allais me marier, qui l'eu cru ? (avec un lecteur du blog en question, en plus!;))

 

Repost 0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 09:37

Parmi les requêtes qui permettent de rejoindre cette page, on me demande "sel qui stagne dans le ventre" (mhh, miam miam. ), mais aussi, "statue des jardins de la villa d'Este". Sur la Villa d'este, j'ai déjà posté ici et , mais n'écoutant que ma bonté et ma générosité, je vais répondre à cette question en montrant une autre statue de ce jardin. (Par contre, désolée pour celui qui a trop de sel dans le ventre, je n'ai pas trop de remède. Personellement, j'ai trop de Sel partout, mais je finis par vivre avec...)

Bref, disais-je, voici Pégase, qui s'apprête à aller tenir compagnie à Artemis.

P1080022.JPG

Humeur : une fois de plus, vivement les vacances ! Je me referai bien une petite virée à Tivoli, d'ailleurs, rien que pour l'heure tranquille de petit train (enfin, quand y'a pas trop de monde)

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 13:32

Et donc voilà, pour Nekoneko et les autres, sous vos yeux ébahis...

Le pont des soupirs en travaux.

P1100019.JPG

P1100020.JPG

Donc, effectivement, il y a d'immenses panneaux (heureusement, pas publicitaires, ou si c'est le cas, la publicité est discrète, et je ne sais pas pour quoi c'est), qui ne sont pas du meilleur effet, c'est le moins que l'on puisse dire.

Et c'est vrai que ce pont est très beau. Enfin, de l'extérieur, parce que de l'intérieur, c'est un couloir sombre et humide qu'empruntaient les prisonniers pour rejoindre leur cellule après leur jugement au palais des doges.

Je trouve ça assez étonnant, après cela, qu'il soit devenu un symbole romantique des amoureux...

Ce n'est là qu'un des paradoxes de Venise !

Repost 0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 19:30

Voir Venise et mourir. Et allons-y pour les clichés ! Après tout, ils ne sont pas tous si faux que cela...

Venise  la commerçante. Ce n’est peut-être pas sympa de commencer comme cela, mais après tout, c’est toute son histoire ! Quand on arrive à Venise, que ce soit en train ou en avion (puis par la navette), on prend soudain conscience d’une chose : mais enfin,  cette ville, en fait, c’est une presqu’île artificielle ! (oui, je sais, je débarque) C’est donc un immense port ! Aujourd’hui, je ne sais pas où en sont les fonctions portuaires de Venise.  J’ai juste vu de loin un immense ferry. Evidemment, quand on est là pour trois jours, on ne va pas visiter les docks ! Bon, même quand on vient pour plus longtemps aussi, probablement. Toujours est-il que le commerce est encore bien présent, ce qui n’est pas une surprise, étant donné la quantité de touristes.

 

Venise la romantique : il ne faut pas oublier cette atmosphère très particulière de la ville. Qu’on finit par comprendre en réalisant une chose : l’absence complète de voiture. Alors bien sûr, il y a des moteurs, car les gens ne vont pas à la rame, à part les gondoliers touristiques. Mais en nombre, cela fait tout de même énormément moins que dans une ville classique. Ainsi, on comprend une chose : finalement, on se tient dans un immense centre piétonnier ! Et ça, en famille, en couple ou seul, ça n’a pas de prix.

 

Venise, muse des peintres, des poètes et des photographes. Cela, on le comprend assez vite. Entre les maisons colorées, la mer, les reflets dans les canaux, si caractéristiques, les ponts, la couleur du ciel, il y a de quoi faire : En ce novembre, nous avons eu droit à à peu près toutes les couleurs de ciel, du bleu au blanc en passant par le gris, une véritable purée ou l’horizon se perdait, et avec lu, toute limite entre terre, mer et ciel. Un gris de mélasse, un peu plombé de jaune et de rose à la tombée de la nuit. Mais pas de pluie, et ça, c’est chouette.

 

Venise, c’est aussi le verre de Murano, et, dans une moindre mesure, la dentelle de Burano.  La première, l’île des maîtres verriers, la seconde, celle des pimpantes maisons de pêcheurs (je me demande dans quelle mesure ils ont le choix, ceci dit, de ce point de vue là. J’imagine que les directives de la ville/de l’Etat/ de l’UNESCO sont relativement sévères en ce qui concerne la tenue de ce lieu).

 

Venise en danger, car Venise s’enfonce, comme vous le savez. Evidemment, on ne s’en rend pas compte lorsque l’on est sur place. Mais quand même, quelle tristesse…

 

Venise, mais ça, c’est probablement plutôt la faute à pas de chance, ce fut pour nous aussi la ville des moustiques, cet implacable prédateur de sang humain. M’en fous, j’avais mon piège à moustique personnel : j’ai eu zéro piqûres et C. en a reçu…15. Les moustiques ont gagné la première manche, mais nous avons réussi la deuxième puisque nous avons à notre tour tué six-sept de nos blanches mains, et tous les autres à l’aide de produits empoisonnés. Résultat, la dernière nuit, pas un seul bzz ne vint troubler notre sommeil, ni notre sang.

 

Venise un week-end de onze novembre, enfin, c’est un petit retour en France ! La très grande majorité des touristes étaient en effet « de chez nous », niveau dépaysement, ça va, on fait pire. Venise en novembre, c'est aussi le froid. Probablement moins qu'à Paris, mais bien plus qu'à Rome, croyez-moi ! J'aurai dû y penser, pourtant...D'ailleurs, on s'en rend assez vite compte, Venise est bien plus "Italie du nord" que Rome. Et pour cause puisqu'elle se trouve...bien plus au nord:p Comme quoi...Cela se voit en particulier sur les prix pratiquer, qui n'ont rien à envier à ceux de la France. Et ne me dîtes pas "oui, mais c'est une ville touristique!" Parce que oui, certes, mais Rome aussi...Par contre, ce qui est vrai aussi c'est que je connais bien mieux cette dernière, y compris les coins moins touritiques, justement, donc, c'est peut-être aussi pour ça. Aprs tout, c'est bien dans cete ville que je me suis fait avoir en commandant des pâtes all'amatriciana toutes simples à 12€. Des fois, lire les prix avant d'entrer, ça peut être utile...M'enfin bon bref.

 

Evidemment, les photos ne rendent pas le quart de ce que nous avons vu. Cela fait quand même un petit aperçu...

P1090909.JPGDes petits canaux....

P1090988.JPG

 

 

...un Grand Canal !P1090996.JPGDes reflets impressionistes, et impressionants...

P1100028 ...Bienvenue à Venise !

 

 

 

 

 

 

 

 

(Et : non, nous n'avons pas fait de voyage en gondola gondola. On s'est contenté de les regarder, et, à l'occasion, de les écouter, lorsqu'elles étaient pourvues d'un chanteur)

 

Bande-son : l’aéroport Marco Polo, d'où j'ai écrit cette note. C’est d'ailleurs un bon moyen mnémotechnique pour se souvenir d’où il vient, celui-là, et ne pas le confondre avec son rival Gênois Cristobàl Colomb !

A propos d’aéroport, est-ce que l’un de vous saurait répondre à la question existentielle du jour ? Autant je peux à peu près comprendre que les liquides soient interdits en cabine, même si c’est super chiant. Il paraît que ça a rapport à des explosifs potentiels. Mais franchement, qu’est-ce que ça change de les mettre dans des sachets en plastique transparent ??

Repost 0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 20:03

Ce samedi, nous sommes allés rendre visite au vieux grand frère du ptit olivier de notre balcon parisien.

Il était beau, impressionant, et doté d'une famille très étendue (qu'on ne voit pas sur la photo), ce qui avait un effet rien chouette, comme vous vous en doutez.

 

P1090780.JPG

De ce tronc noueux, on pourrait probablement tirer plein d'histoires. Mais je suis nulle pour ça. Je sais juste l'admirer (l'olivier est un de mes arbres préférés), c'est déjà ça.

Je me demande juste si notre bébé olivier parviendra un jour à ce stade. Cela m'émouvrait beaucoup, sauf que je ne le saurai probablement jamais...(enfin bon, s'il est là quand on aura 70 ans, c'est que ce sera sur la bonne voie ,quand même). Si ça se trouve, il va crever cet hiver...Mais si ça se trouve pas.

(oui, je sais, pour qu'il prenne un jour cette ampleur, faudrait qu'il quitte le balcon...C'est prévu, mais il parait qu'il est encore trop petit. Et puis, le planter, c'est bien joli, mais où, la voilà la question.)

Bref.

Résumé : allez à la villa Adriana, c'est vraiment bien, il y a des oliviers et des vieux cailloux, et même un peu de mosaïque, c'est vraiment tout pour plaire. En plus, c'est à Tivoli, ville toute petite et pourtant gâtée niveau beauté (oui, c'est là-bas aussi que se trouve la Villa d'Este...). Elle bénéficie, je pense, du mauvais climat de la Ville, qui pousse ses riches habitants à la fuir en été...

 

Humeur : eh bien, je rentre déjà après-demain ! Une fois de plus, avec une pensée émue pour la petite Sel qui débarquait ici il y a 6 ans...

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 19:08

Bon, évidemment, c'est partout pareil. A Rome, comme ailleurs, plein centre ou pas.

Mais quand même.

 

P1090746.JPG

ça (ci -dessus), c'est la façade de l'immeuble où je vais loger ces 15 prochains jours, en plein centre de la Ville. C'est super chouette, je suis très contente de loger au centre, pour une fois, et de ne pas me taper une heure de transport pour aller bosser, dont 20 min d'attente de la correspondance (oui, je sais que j'exagère)

 

P1090741.JPG

Voici la cour intérieure de présentation, celle que l'on voit tout de suite en entrant, la "cour de façade", si je puis dire, une sorte d'atrium à 6 étages, avec loggia et tout, c'est joli tout plein, et dans le pur style romain au sens quasi classique.

 

Et pour finir, ci-dessous (pour changer), admirez la cour sur laquelle donne ma fenêtre pour ces 15 jours, la 2e cour (il y en a peut-être d'autres, je ne sais pas), le fameux envers du décor.

P1090732.JPG

P1090736.JPG

Attention : je ne me plains pas. Vraiment pas. L'appart est neuf, sympathique bien que sombre, il a internet et même l'eau chaude (riez pas, c'est pas si évident que cela pour tout le monde...), et puis, ce n'est que pour 15 jours. Mais voilà. Je trouve le contraste un peu impressionnant, tout de même.

humeur : romaine

bande-son: l'eau qui bout, parce que c'est pas tout, va falloir songer à buttare la pasta

Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 10:11

Il semblerait que je me sois trompée l'autre jour (cela arrive, même aux meilleurs), en répondant à Patriarch que si la louve romaine avait trop de pis, c'était parce qu'elle se prenait pour Astarté.

Ce n'était pas à Astarté, que je voulais faire référence, mais à Artemis. Attention. Pas la Artemis-Diane greco- romaine, déesse de la chasse, la pudique effarouchée qui tire à l'arc plus vite que son ombre (ah non, ça, c'est Robin des Bois)

Non, ce serait même plutôt le contraire.

Voyez plutôt

 

P1070970.JPG

Fontaine dans le jardin de la Villa d'Este, Tivoli, 27 février 2010

 

Mon propos dans ce commentaire était bien de faire référence à cette statue-ci, qui représente (si j'ai bien compris wiki), Artemis d'Ephèse. Vous aurez deviné qu'elle était déesse de la Fécondité et de l'abondance.

Je ne sais pas pourquoi elles portent le même nom. Sans doute une déviation synchrétique ?

 

Humeur : mitigée

Bande-son : Nausicäa

Repost 0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 18:49
Oui, bon, je sais, je disais il y a pas si longtemps, et à plusieurs reprises, en plus, que je prenais plus de photos. Ce qui est vrai, d'ailleurs. J'ai dû prendre 10 photos en tout en janvier. Ai-je déjà laissé entendre que l'hiver n'était vraiment pas ma saison ? Bon, alors, je le dis : l'hiver n'est vraiment pas ma saison.

Mais bon, bref, cela n'empêche pas les exceptions qui confirment les règles. Je ne pouvais PAS aller à la Villa d'Este à Tivoli, un jour de beau temps, en plus (enfin, relatif, mais on a quand même eu droit à de la jolie lumière), sans prendre de photos. Faut pas pousser.

Donc, des photos de perspectives, quelques fresques (qui rendent mal, bien entendu, car les pièces étaient trop sombres), des fleurettes, et même un chat ou deux pour jouer au "Largo Argentina".
Et, bien entendu,
Et, surtout,

Les jets et jeux d'eau. Les miroirs et les goutelettes.

Versaille n'est rien, Versaille n'est que pâle copie sans âme.
Car l'âme des jardins, si vous la cherchez, se trouve à une heure de train de Rome. A Tivoli.

P1070918.JPG
Bon, peut-être aussi que le coté "le printemps commence à se pointer" me rend un peu euphorique. Qu'importe. C'était agréable et beau. C'est ce qui compte, je crois.

Humeur : c'est dimanche soir. Mais ça pourrait être pire. ça pourrait être un dimanche soir après un mauvais week-end.
Et heureusement que mes conditions de logement à Rome sont toujours aussi mauvaise, parce que sinon, j'en serai presque à remercier mes employeurs de me faire bosser à Rome. Qui eut cru, il y a deux ou trois ans, que j'en arriverai là...(certes, pas toute seule. Certes, il y a pleeein de facteurs à prendre en compte. Mais n'empêche)
Repost 0