Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 19:56

P1000301

A  l’aéroport d’arrivée, je dois reconnaître que tout s’est très bien déroulé, nous avons pu récupérer nos bagages rapidement et retrouver le loueur de voitures chez qui nous avions réservé. Notre première sortie à l’air libre nous révèla un scoop : en Islande, il y a du vent, et il fait super froid. (à mon avis, il ne faisait pas plus de 3 degrés ce soir là. On a beau s’y attendre, quand on vient d’un endroit où il devait faire quelques 20 degrés, cela fait un petit choc, même en ayant prévu la veste dans le sac à dos)

Tant bien que mal, et malgré la fatigue, nous rejoignons Reykjavik en voiture. Pour cela, il faut traverser des terres assez désolées, des grandes plaines de cailloux, qui, sous les nuages, paraissent d’autant plus glauques (plus tard, nous saurons le pourquoi du comment, mais en attendant, ça fait une bienvenue assez tristoune). Il est 23h à Paris, 21h sur place, et après une petite heure de route, nous atteignons la ville. Nous trouvons sans encombre majeur l’endroit où nous allons dormir, qui a eu la bonne idée d’être située près d’une église difficile à rater à cause de son très haut clocher.

Nous ouvrons la porte de la chambre proprement dite, et là, miracle : c’est super bien chauffé. En fait, c’est un simple studio assez petit, mais après nos péripéties, cela nous semble un palace. Un palace chauffé (oui, je sais, j’insiste un peu. Mais je dois reconnaître une chose : toutes les maisons où nous avons dormi étaient très bien isolées, et très bien chauffées. Et ça, c’est vraiment super cool chouette. Bref)

 

L’avantage du décalage horaire, c’est que (au moins la première nuit), on peut faire genre je me lève à 7h (heure locale), alors « qu’en vrai », il est 9 h (heure de Paris, et heure de notre métabolisme à ce moment là).

Le lendemain, petit déjeuner tout à fait honorable, et en fait, très semblable à tous ceux qui suivront (de toute façon, tant qu’il y a du café, du pain et de la confiture, cela me va, et en plus, elle était souvent faite maison, donc, c’était cool). D’autant plus bienvenu que la veille, nous n’avions mangé que deux pauvres sandwiches pas terribles, l’un à l’aéroport vers midi, et l’autre dans l’avion le soir.

 

Ensuite, après un tout petit détour en ville pour photographier l’église en question et s’acheter de quoi manger à midi, nous voici donc en route pour notre première destination : Þingvellir. A prononcer à l’islandaise « thingvetlir » .

 Pour ce faire, nous devons traverser une réserve naturelle. Comprenez, une plaine battue par les vents, sans habitations, bien sûr, et sans le moindre arbre.

 

P1000264


Il faut savoir une chose : lorsque les premiers vikings sont débarqués en Islande, venus de Norvège, il y avait apparemment une végétation relativement importante sur l’île, composée essentiellement d’arbustes, mais aussi d’arbres. Mais au fil des siècles, les habitants ont beaucoup utilisé le bois, en particulier pour le brûler et pour faire des pâturages pour les moutons, et l’île a perdu peu à peu toute végétation autre que l’herbe et la mousse. Aujourd’hui toutefois, des tentatives de reforestations existent, et semblent relativement bien marcher.

Bref, toujours est-il que la majorité du pays à cet endroit là, c’est une sorte de désert ventu. Très ventu. Au point qu’il est difficile de faire un pas dehors sans être aussitôt déporté par une rafale.

Et toujours, où qu’on soit en Islande, il y a au loin des montagnes (à moins d’être déjà dessus, bien entendu)

Ici donc, nous voici sur la route entre Reykjavik et Þingvellir

P1000274

 Admirez-donc le ciel bleu ! Le problème, c’est que ce qu’on ne voit pas sur la photo, c’est le vent à décorner les bœufs dont je vous parlais, ainsi que le froid. Du coup, j’avoue avoir moins profité du lieu que je ne l’aurai voulu. Mais c’était beau.

 

Bref. Mais donc, qu’est-ce que ce fameux Þingvellir ?

Tout d’abord, c’est un site historique : il s’agit du lieu où se réunit depuis le début l’althing, le « parlement » islandais. Avec le vent qu’il y avait, on imagine mal là l’implantation de tentes et des discours devant des milliers de personnes, mais après tout, ils sont forts, ces vikings, alors pourquoi pas !

L’autre particularité de ce lieu est d’être situé en plein sur la faille qui sépare la plaque européenne de la plaque américaine.

La dernière, plus classique, est d'être situé tout près d'un des plus grands lacs de l'île.


P1000314

P1000323

D'un coté l'Europe, de l'autre l'Amérique !

 

Ensuite, reprise de la voiture direction Geysir !

 

Humeur : c'était chouette, tout ça, mais y'a pas à dire, le bocage normand où je me trouve actuellement, c'est pas mal aussi ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sel 08/06/2011 09:15



Ce n'est pas qu'une impression, à part quelques touristes quand même, histoire qu'on ne soit pas
pris d'agoraphobie !


Vraiment, l'impression que je garde de cet endroit est "désert de vent", encore plus qu'aux
autres endroits de l'île que nous avons pu visiter (sachant que nous ne sommes pas allé au centre, bien sûr)



Mia 07/06/2011 21:22



On a l'impression que vous étiez seuls à des kms à la ronde !



Sel 05/06/2011 13:35



Mae, oui, hein ! En fait, on y était juste à la fin de l'hiver (pour eux), et je crois qu'en juillet aout, c'est plus vert et ça fait moins désolé...A vérifier!;)


Armand : oui, je savais, pour l'eau chaude, mais je ne sais pas si on peut fermer complètement l'eau chaude ou non ! Je n'ai pas essayé, à vrai dire...


 


Patriarch : beaucoup aimé...mais aimé rentrer en France aussi ! (enfin, sauf pour la reprise du boulot qui allait avec:p)


 


Pem, moui, si tu le dis, pour les horaires...Pour le jour "éternel", tu as raison, faudra que j'en parle, à l'occasion.



P&M 04/06/2011 12:28



Je conteste l'heure d'arrivée ! Nous avons récupéré la voiture à minuit (heure de Paris) et nous parvîmes dans ce studio certes bien chauffé vers 1h (heure de Paname toujours).


Tu as oublié de mentionner le jour permanent (ou presque) qui fait bizarre quand on se réveille au beau milieu de la "nuit".



patriarch 04/06/2011 06:30



bien sur, ce n'est pas l'Egypte..... mais je suis sûr que vous avez aimé...