Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:38

...

 

Ah ah, je vous ai eu, hein ?? Vous croyez vraiment que le net va se débrrasser de moi, après  ces presque 10 années dont au moins 4 au rythme fabuleux de deux posts par an ? C'est mal me connaître, tout de même...

He, quoi, vous vous en foutez, après tout ce temps ? Pff. Bon, déjà, je vais vous demander de rester polis, et on ne dit pas "foutez". C'est vous le fou, et toc.

En résumé, et avec l'optimisme qui me caractérise, je me lance sur une nouvelle page, qui sera comme ici mais en mieux, bien évidemment. Et j'espère (sans oser le promettre) plus fournie et plus souvent mise à jour.

 

ça se passe là-bas, donc ! (je vous mets même le lien en clair, c'est dire si je suis sympa !

 http://bleuclairfonce.wordpress.com ) A tout de suite !

5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 10:02

En voguant au fil des blogs, je suis tombée sur un article où, dans l'optique du think positive, il s'agissait de trouver 10 choses dont nous sommes fiers.Mais comme je suis nulle en positif, je vais quand meme commencer par 10 choses dont je ne suis pas fière puis on essaiera de trouver les 10 dont je suis fière (si elles existent). D'ailleurs, non, on va plutôt faire 5 et 5, sinon, e sera trop long et trop difficile.

Donc, 5 choses dont je ne suis pas fière :

1-De ne pas avoir entamé assez tôt dans ma vie une réflexion sur "faire des enfants, et pourquoi pas?" Certes, cela n'aurait peut-être pas changé la face de mon monde. Mais peut-être que si, en fait (oui, je sais, que voulez-vous, depuis six mois environ, mon horloge biologique a enclenché les sirènes et gyrophares. En complète contradiction avec mon cerveau, d'ailleurs)

2-Je suis assez complexée de ne pas avoir terminé mes études (il me manque juste un an), alors que frères, soeurs, mari et beau-frères/belles-soeurs sont tous et toutes qui ingénieur, qui diplômé d'une école de commerce bien cotée, qui médecin. C'est bête, sans doute un peu, parce qu'au final, j'ai un boulot qui me plaît assez et en tous cas, qui correspond à ce que je cherchais (par contre, j'ai pas intérêt à le perdre, parce que je sens que ça va pas être évident d'en trouver un autre), mais j'y peux rien.

3-Mes photos de mariage. Heureusement, c'est franchement pas grave, même pour moi.

4-Ma tendance de plus en plus prononcée à la flemmardise. En fait, globalement, j'ai la plupart du temps envie de rien faire, à part zombifier sur le pc ou devant la télé en papouillant le chat, et, éventuellement, faire du bon à manger, parce que c'est quand même important. Il est évident que le ménage est oublié depuis longtemps, mais aussi que je lutte pour continuer le code (que je ne suis pas fière de ne pas l'avoir passé à 18 ans, soit dit en passant), voire pour faire du shopping, voire pour voir des amis (sauf, éventuellement, s'ils viennent à la maison, d'autant que pour le coup, ça me force à faire le ménage sus-mentionné). Voire pour écrire des notes de blogs (sans blague)

5-Dans le même ordre d'idées, je suis incapable de me corriger, de faire des efforts...Et ça me saoûle parce que de ce fait, certains scénarios se répètent et deviennent lassants...

Bon, c'est facile d'en trouver 5 dans ce goût là, et j'en aurai plein d'autres à vous servir, mais après, on va dire que je m'auto-apitoie, donc on va passer à la suite.

5 choses dont je suis fière, donc, histoire de finir sur la note positive voulue à la base :

1-Malgré mes nombreux défauts (et les peu nombreux de l'Amoureux), je crois qu'on peut être fiers de pouvoir dire qu'on est heureux ensemble (enfin...dis, on peut...?). Certes, avec des hauts et des bas, surtout que le mois de novembre a souvent tendance à me pomper le moral et l'énergie, mais enfin.

2-Fière aussi, je le suis du coté professionnel. Parce que certes, je n'ai pas the diplôme et j'ai encore moins fait the école, mais enfin, à mon petit niveau, je crois que ma présence pendant 7 ans n'a pas été totalement perdue, et j'ai fait un ou deux trucs biens. Certes il a fallu le temps (plus, peut-être, que si j'avais eu le diplôme en question ?), mais enfin.

3-Fière de m'être inscrite à l'auto-école, même si j'en suis au plus facile (et plus chiant, aussi), le code !

4-ça se complique les amis. Bon, on va dire que je suis fière des progrès accomplis du point de vue de la confiance en moi : regardez, déjà, j'ai trouvé facilement 3 trucs à répondre à ce bon sang de questionnaire !Certes, j'ai pas fait ça toute seule, besoin de beaucoup d'aide et de soutien encore aujourd'hui, mais enfin, quand même !

5-Je sèche pour le moment, mais promis, je vais trouver quelque chose.

 

Voilà, c'était passionant, vous pouvez retourner à vos activités normales ! Et répondre aux questions en commentaire (du moins, pour les 5 dont vous êtes fiers), histoire que je ne me sente pas trop seule !

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 18:53

Il y a eu une sorte de période "bénie" entre 28 et 30 ans. Une période où j'étais en parfaite adéquation avec mon "âge réel". Jeune adulte, vivant en jeune couple, cela m'allait tès bien. 

A 20 ans, je me sentais en décalage avec la vie qu'était censée mener une personne de cet âge. Ce n'est qu'une dizaine d'années plus tard que je me suis sentie plus en adéquation avec le soersonnes de mon âge.

Et maintenant petit à petit, je  dépasse les 30 ans, cet âge où je me sentais si bien...Et il faut inventer le futur. Evidemment, on pourrait dire qu'il me suffit de continuer ainsi, de vivre ma petite vie qui me convient telle quelle...Ou plutôt, qui me convenait.

Parce que, que je le veuille ou non, la vie avance. L'horloge interne fait tic tac. Le temps avance de plus en plus rapidement.Les années filent de plus en plus vite. Et les questions, qui m'avaient un peu laissée tranquille pendant quelques années, reviennent. Questions banales et classiques sur le pourquoi du comment, sur le il faut faire quoi, voire, il faut espérer quoi ? Oui, on en est là, je ne sais même pas ce qu'il faut espérer ou non. Enfin, sur certains points précis, bien sûr.

 

Evidemment, il faut prendre la vie comme elle vient. Et faire quelques choix par ci par là. Oh, très peu, au final. Décider  de se mettre en couple, de se marier...D'adopter un chat, de changer de boulot....De faire un bébé.

Tous ces choix ne dépendent pas entièrement de nous, bien sûr. Il y a les autres, il y a les circonstances, il y a Dame Nature, il y a peut-être D. Il faut savoir changer ce qui peut être changé et accepter ce qui ne peut pas l'être n'est-ce pas ?

 

Petit à petit, je m'éloigne des trente ans, cet âge où je me suis sentie particulièrement bien avec moi-même.

Je crois que j'ai le blues, un peu. La saison et le changement d'heure y sont peut-être un peu pour quelque chose. Mais pas que.

(Et note : non, ce n'est pas parce que je parle de vieillir que c'est mon anniversaire, ni de changement que j'ai envie de changer de mari !)

 

P1050669.JPG

Coucher de soleil sur région parisienne (!), mai 2013

C'est de circonstance : je déteste l'hiver, mais l'avantage, c'est que les couchers et levers de soleil sont à une heure beaucoup plus décente.

5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 12:06

Je n'ai (pour le moment, mais rien n'est jamais perdu ! Enfin, sauf en cas de crash d'ordinateur, puisque mon dsique dur m'alâché et que je n'ai pas encore refait mes sauvegardes) pas encore terminé de vous montrer mes photos d'Islande, ni commencé à vous montrer celles prises en Bretagne l'année suivante (2012, donc) (et j'en ai quasiment pas prises en 2013) (ça y'est, c'est la folie des parenthèses, ça faisait longtemps), mais j'ai un peu de constance quand même.  Je vais donc continuer vaille que vaille à alimenter la catégorie "un mois, une photo".

 

Nous en étions à mars 2011, et, logiquement, voici à présent une photo prise en avril 2011.

En fait, je vous avais déjà montré une photo prise ce jour-là, mais j'avais vraiment aimé les jeux de lumières sur cette boule en verre. Oui, chez nous, c'est noël toute l'année (et encore plus aujourd'hui, car une deuxième est venue s'ajouter à la première).

Donc voilà, je vous avais montré les effets de la lumière sur le mur, voici à présent l'objet lui-même qui les a produites : P1100605.JPG

J'aime  vraiment beaucoup cette couleur.

(L'objet a été soufflé dans la Sarthe, et nous avons vu le maître verrier travailler. J'aime beaucoup le travail du verre)

 

Et sur ce, joyeux Noël !

25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 13:49

Non, ne cherchez pas, "mérêves", ça ne veut rien dire. Mais je trouvais que ça sonnait bien en titre. ça ne s'arrange pas dans ma tête, comme vous le voyez, ce qui explique peut-être le peu de fréquence de notes sur cette page.

 

Or donc, je me souviens très rarement de mes rêves. Je crois que globalement, je rêve de banalités, du quotidien, de ce que j'ai fait la veille, etc. 

Et puis, depuis des années, il y a un rêve qui revient de temps en temps, c'est celui du train. L'histoire n'est pas toujours la même, il y a des variantes fréqeuntes, mais il est toujours question d'un train à prendre.

Au début, il s'agissait souvent d'un train que je râtais. Je courrais pour l'attraper, je me trompais de chemin éventuellement, et, en général, je le râtais.

(L'autre élément fréquent, c'est que ça se passe à Rome, mais là, je ne suis pas certaine que ça veuille dire grand chose, à part que j'y ai passé pas mal de temps)

La variante suivante, jusqu'à mon mariage, globalement, c'est qu'il y avait C. sur le quai, et qu'il ne m'attendaitpas, montait dans le train, et hop, Sel restait sur le quai. Mais la réalité est têtue, et pour le moment, C. ne m'a jamais laissée sur le quai.

Et du coup, cette nuit, le rêve s'est inversé. Non pas que je montais sans C., mais..

 

Bon, pour comprendre la suite, il faut savoir que nous "avons" un chat depuis deux semaines. Ce chat est adulte, nous sommes allés l'adopter à la SPA qui elle même l'avait récupéré à la fourrière. Pauvre bête. Il est maigre à faire peur, très craintif, mais depuis quelques jours mange comme 4 (bon, comme 2, disons) et semble en bonne santé.

 

Bref, revenons-en au rêve. Cette nuit, j'ai rêvé, une fois de plus, que nous devions prendre un train. Il y avait C., il y avait moi, et il y avait le chat dans sa boîte de transport. Nous étions très chargés. On discute, on se déplace le long du quai pour rejoindre le bon wagon et puis, le train siffle, il faut monter...Et je me rend compte qu'on n'a plus le chat ! Panique ! J'ai dû le laisser à l'endroit où on a discuté ! Le train est sur le point de partir, j'hésite, et puis, on décide de ne pas monter, il faut bien sûr chercher la bête. Une fois le train parti, on se rend compte, évidemment, que le chat n'était pas loin puisque c'était C. qui le portait en bandoulière (et ni l'un ni l'autre ne l'avait vu, bravo). 

 

Et donc, il semblerait que je sois passée de l'angoisse d'être abandonnée à celui d'abandonner. Un signe supplémentaire, s'il en fallait encore, que je veillis...Ou que je fais du chemin, ça dépend comment on décide de voir les choses. Mais j'ose même pas imaginer la teneur du rêve le jour où nous aurons un enfant !

(et autre conclusion du rêve : faut vraiment que je passe chez l'ophtalmo, mais passons :p)

Voilà un épisode passionant de la vie de Sel, rendez-vous dans six mois (aproximativement) pour la suite de ses aventures:p

 

(Ah et au fait : au final, je n'ai pas acheté de piano ni pris de leçons. Une prochaine fois, peut-être ?)

22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 13:37

Cela m'a pris comme une lubie, une de plus.

J'ai envie de (re)prendre le piano.

Mais pour reprendre le piano, il en faut un, de piano. Le coté encombrant est encore négociable, car nous n'avons pas encore totalement rempli notre palace, cela nécessitera juste d'accepter que cet espace ne soit pas, à terme, rempli de livres (mais après tout, ce serait un mal pour un bien). Le coté financier est un peu plus casse-pied. Non pas que nous soyons sur les rotules [si vous me pardonnez l'expression qui ne veut rien dire], mais simplement, cela m'embêterait d'investir dans un piano pour finalement me rendre compte que je n'en fais pas. Ce n'est pas comme vouloir se mettre au tricot et acheter de la laine (oui oui, j'ai fait aussi). Même la location n'est pas donnée donnée (ce n'est pas un reproche, c'est normal que ce soit payant voire cher, mais j'hésite à payer pour un truc que, peut-être, je "n'utiliserai" pas !).

Pourquoi toutes ces hésitations ? Lorsque j'étais au collège, je m'étais inscrite à des cours de piano. Mes parents avaient acheté un piano. Et je n'en ai fait qu'un an. Je m'en suis voulu, même si ma mère me dit que cela lui plaît, finalement, d'avoir un paino à la maison (elle-même en a fait dans sa jeunesse, et ma soeur pianote, même sans avoir pris de cours)

J'ai aussi fait, plus récemment, deux ans de guitare, pour finalement arrêter, par manque de patience, manque d'envie, aussi. Ce n'est vraiment pas mon instrument de prédilection, même si j'aime l'écouter.

Je ne sais même pas vraiment d'où me vient cette envie de jouer du piano, moi qui ne suis pas particulièrement mélomane.

Du coup, je suis quasiment certaine qu'une fois que le piano sera là, je n'y toucherai pas. Ou presque pas. Mais peut-être que si ? Peut-être que pour cet instrument que j'aime écouter, j'aurai de la patience ? Comment savoir sans essayer ?

 

Alors pour le moment, je laisse l'idée tourner en moi, tout en regardant les tarifs et me berçant d'illusions...

 

D'autant que si j'avais du temps libre à passer -et de l'argent à dépenser-, il serait bien plus sérieux de le passer dans une auto-école. Je trépigne de joie rien qu'à l'idée.

 

P1090455

Ombre et lumière sur olivier (et volet rouillé), Paris, juillet 2010

 

 

16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 19:17

Le teasing de la mort...

 

J'avais promis des coulées de lave...Mais ce sera pour une autre fois !

 

Là tout de suite, j'avais plutôt envie de partager cette photo, qui correspond assez à mon humeur :

P1000877.JPG

Des nuages bas et lourds, un horizon qui semble un peu bloqué par les montagnes, et un petit cours d'eau qui part au loin, comme la promesse d'un ailleurs...En l'occurence de vacances dont j'ai bien besoin ! ça tombe bien, elles arrivent, mais pas assez vite à mon goût...Et pourtant déjà trop rapidement (oui, il y a une échéance guère plaisante avant).

De toute façon, comme je dis toujours, qu'on le craigne ou non, qu'il nous semble long ou rapide, le temps finit toujours par passer et le futur par arriver...

 

Voilà, donc, dans un film, voilà le paysage dans lequel je me promènerais pour qu'il reflète mon "moi intérieur dedans". Sauf qu'on n'est pas dans un film, que je suis en Italie, qu'il fait un soleil que je suppose écrasant, mais que je ne vois que 5 minutes par jour en entrant et sortant du bureau.

Et en plus, ils prévoient de la pluie pour ce we, quand enfin, je pourrai en sortir, de ce maudit bureau. 

Mais à part une irrésistible envie de me plaindre ce soir (d'où la note), tout va bien !

 

Sinon, on ne dirait pas, comme ça, mais la photo a été prise tout près du bord de la mer.

 

13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 13:27

Je ne prends presque plus de photos. Là, par exemple, pas une seule depuis début 2013. Moi qui en prenais tant autrefois ! Bon, c'est aussi dû au manque doccasion, et je compte bien me rattraper dans les mois qui suivent avec les vacances à venir.

 

En attendant, je continue de piocher dans les photos passées. Il y a beaucoup de Rome, bien sûr. C'est même probablement la majorité. Et à présent, il faut que je me dépêche de profiter de l'Italie, toute l'Italie, parce que ces multiples voyages vont cesser l'année prochaine. C'est ce que j'ai toujours voulu, hein, ne nous y trompons pas. Mais ces escapades italiennes avaient un charme certain, il faut aussi le reconnaître.

 

Ici, à deux pas de mon travail. C'était la lumière qui avait attiré mon objectif, même si cela ne rend pas grand chose, au final. C'était en mars 2011, donc. Ah, Rome et ses pins parasols...

P1100541.JPG

20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 18:09

Incorrigible, je suis.

C'est à peu près ce que je me suis dit tout-à-l'heure.

Je devais animer une formation de deux heures pour un groupe d'une quinzaine de personnes. J'avais prévu un exposé, un espace pour les questions, et un exercice. J'avais passé du temps à bosser dessus et tout.

Le moment arrive et je massacre mon propre travail, passant très vite sur l'exposé préparé et n'osant même pas proposer l'exercice, ayant la soudaine impression qu'il est mal fait, qu'il sert à rien, etc.

Résultat, en sortant : ben on m'a dit que j'avais été trop vite et que c'était dommage qu'on soit restés dans la théorie. Logique, quoi.

Ai-je déjà laissé entendre que je détestais prendre la parole en public ? (en fait, en public, j'ai du mal à comprendre ce que je raconte moi-même. Oui, c'est débile, je sais. Disons que je perds facilement le fil est mes moyens avec, d'où mon besoin d'un support papier pour me raccrocher. Ce qui est mal, on est d'accord. Mais mieux que perdre tous moyens, tout de même)

Quand je pense que le mois prochain, ce n'est pas deux heures, mais une semaine de formation que je vais devoir assurer...ça promet.

Humeur du moment : allez, on fera mieux la prochaine fois...J'espère.

16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 09:58

...Tout arrive !

Mouarf, la dernière fois que je vous ai parlé d'Islande, c'était en juillet 2012...Pourtant, il m'en reste, des photos ! 

Alors, soyons fous : petite virée du coté du grand nord ? Histoire d'être en adéquation avec les températures de cette semaine...

 

P1000785

Et voici donc, mal cadrée, mais sympathique tout de même, une maisonette (abandonnée, je crois, ou alors, c'est juste une grange, la maison d'à coté semblant en bien meilleur état)(l'herbe sur le toit et le coté semi-enterré est normal, par contre, c'est traditionel, tout ça)) sur fond de cascade...(souvenez-vous, les cascades, c'est le platane islandais, il y en a partout ! (Bon, j'exagère peut-être un poil, là:p))

(la voici ci-dessous dans on environement )

P1000782.JPG

(super, j'ai retrouvé mon goût pour les parenthèses, on dirait. Il parait que c'est signe d'intelligence. Si si !:p)

 

Allez, et en preview de la prochaine fois (histoire de m'obliger à ce qu'il y ait une prochaine fois) : les coulées de lave. Probablement une des choses les plus marquantes de l'Islande, à mon avis. En tous cas, c'est un paysage bien particulier.

P1000930.JPG

Attention, on entre dans un autre monde !

(la coulée de lave, c'est ce qui est noir-vert, on voit bien que le truc a recouvert la terre normale dessous ! On dirait que c'était hier. D'ailleurs, d'un point de vue géologique, c'était hier, l'Islande étant une adolescente à peine sortie de l'enfance !)

 

PS : pour voir (ou revoir...;)) les autres notes sur l'Islande, il suffit de cliquer sur la catégorie "autres destinations"