Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Le monde et vous

Recherche

Post-it

Entre bleu clair et bleu foncé

Archives

14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 17:45
L'amour de soi me fait peur. Je veux dire, l'expression.
Pourquoi est-ce que je dis ça maintenant, moi ? Parce que j'ai lu une ou deux notes sur ce sujet, qui m'ont remis cette reflexion en mémoire (chez Coumarine, en particulier), sujet qui m'a toujours intéressée.

L'amour de soi. Dit comme ça, je ne m'en sens pas vraiment capable.  Je trouve même cela presque..Indécent. Aimer les autres, oui, bien sûr. Se faire aimer des autres, oui, évidemment.
S'aimer soi.Déjà, il faudrait savoir ce qu'aimer veut dire, et c'est bien pour cela que c'est compliqué. En français, aimer veut un peu tout dire et n'importe quoi. C'est le même terme pour plein de réalités différentes, ou même pour des réalités changeantes.
Mais pour moi, avec l'amour, il y a forcemment le côté "aprécier, trouver agréable, d'être avec cette personne".
Or, avec moi-même, j'y suis tout le temps. Pire, je n'ai pas le choix.
Je ne dis pas non plus que je suis 24h sur 24 consciente de moi-même, hein. Ce serait invivable. Rectification : c'était invivable, car je parle en connaissance de cause. Non, mais enfin, faut que je me supporte. Tout le temps. Pas moyen de sortir en claquant la porte pour aller voir ailleurs si on y est. Parce que oui, on y est, ici ou ailleurs.
Enfin, oui, il y a des moyens tout de même de "contrer" cela. Une bonne promenade villa Pamphili, par exemple. Hélas, on n'a pas toujours la villa Pamphili à portée de pieds.

Enfin bon, tout ça pour dire que je préfère plutôt le terme "estime de soi". ça, c'est important. En gardant le sacro-saint équilibre, hein, pas question de soudain s'estimer "au-dessus" des autres. Non, mais smplement accepter que comme les autres, on a des capacités, des qualités.
Et puis, dans l'estime, il y a les deux côtés. C'est savoir aussi estimer ses défauts, les endroits où le bâts blesse. Et si on peut, les modifier (il vaut mieux s'y prendre jeune, parce que là, les miens, de défauts, je les sens s'enraciner de manière irrépressible, et ça fait mal, des fois).
Ce n'est pas non plus facile, mais déjà, c'est plus à ma portée. Même que, des fois, je suis contente de ce que j'ai fait, dit, ou, tout simplement, d'un détail physique.
Maintenant, le plus dur, c'est de l'avouer, de me l'avouer, et de ne pas en culpabiliser.
Et puis, il avait tellement raison, le vieux moralisateur, d'écrire que "le refus des louanges est le désir d'être loué deux fois". Ce n'est pas toujours vrai, loin de là. Mais il y a souvent de cela quand même, au milieu du reste, de la vraie modestie, et de la culpabilité dont je parlais plus haut. Et du réalisme, aussi, quand on estime de la manière la plus objective qui soit (dans la mesure du possible quand il s'agit de soi même) que "c'est nul".



Ce n'est pas la meilleure photo que j'ai de ce soir-là, mais j'aime beaucoup les vagues, devant. Je suis contente car je trouve qu'on en retrouve bien le mouvement.
Ma pensée ressemble un peu à ces vagues, qui sans cesse revient en arrière, se heurte à celle qui l'a précédée puis à la suivante etc...Tout ça pour plus ou moins faire du sur-place, au final !

(et la bande-son, ce sera Greame Allewright)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sel 28/01/2009 11:27

Tu sais, Coumarine, il n'y avait aucune obligation pour toi de venir me faire signe ! Mais je te remercie d'autant plus de l'avoir fait. C'est vrai que cet échange était vraiment très intéressant et riche.

Coumarine 25/01/2009 21:24

Je ne suis pas venue te faire signe après que tu m'aies citée...je m'en excuse...mais je passe pas mal de temps à répondre aux commentaires chez moi, toujours si intéressantsBonne soirée à toi

sel 25/01/2009 19:05

Sireli : j'aurai pu écrire ton commentaire tellement je susi d'accord avec ce que tu écrit...Sauf pour ce qui concerne les parents. En ce qui me concerne, je ne pense pas que mes problèmes (pas ceux là, du moins:p) viennent de là. Par contre peut-être d'une certaine inadéquation entre ce qu'ils m'enseignaient et une partie des moeurs de la "société" dont je pense, ils ne m'ont pas donné les clés, ça oui, peut-etre...Peebee : je ne sais pas, mais merci :)Alainx : merci de ton passage et de tes mots:)heure-bleue : peut-être, mais parfois, je m'en passerai bien ! Sage : oui, la personne qui se sent toujours "incapable de " et qui finit par avoir une réputation de faux modeste..Je connais ça ! Peut-être qu'il y va en partioe de la responsabilité des parents...Peut-être pas..ça dépend probablement des personnes, comme d'hab'.

sage 20/01/2009 16:30

mmm... il peut y avoir aussi cette propension de certains parents à ne pas reconnaître les qualités de leurs enfants, du moins devant eux pour les épanouir, et du coup, plus tard l'enfant devenu adulte n'est pas spécialement modeste, il est simplement persuadé qu'il n'est pas si bien que ça, pas à la hauteur, pas capable de ... et il passe pour un faux modeste, voire un hypocrite ;-)

heure-bleue 17/01/2009 18:01

Tu es douée pour l'introspection, ce n'est pas donné à tout le monde...